Maladie: présentéisme, absentéisme et autres stratégies

Continuer à travailler tout en étant malade... vraiment ?

La maladie n’est jamais un choix. Alors que l’employeur associe souvent maladie et absentéisme sous un angle négatif, le travailleur adopte ou est obligé d’adopter toute une série d’autres comportements pour gérer sa maladie dans un contexte professionnel.

Le comportement adopté dépendra principalement de la pression et du stress, négatifs ou positifs, subis au travail*. Selon la situation, apparaissent alors des comportements de présentéisme, d’absentéisme, de congé autre que le congé maladie ainsi que des stratégies diverses d’adaptation à la situation. 

Petit tour d’horizon :

  • L’absentéisme au travail est la conséquence la plus ordinaire d’une maladie : lorsqu’un travailleur tombe malade, il arrête de travailler et s’absente de son lieu de travail jusqu’à ce que le médecin, en concertation avec lui, estime qu’il soit apte à reprendre le travail.
  • Le présentéisme est le mécanisme opposé de l’absentéisme. Le travailleur malade va se présenter sur son lieu de travail et continuer à travailler comme si de rien n’était. Se faisant, il est forcément moins productif, risque fort d’infecter ses collègues et interfère également négativement sur son propre processus de guérison. Le présentéisme est associé au burn-out et une moins bonne santé en général. 
  • Depuis une dizaine d’années, un autre phénomène a été constaté. Il s’agit de ne pas rendre de certificat médical et de prendre un congé autre que le congé de maladie pour pouvoir soit continuer à travailler à distance tout en étant malade soit se (faire) soigner. L’employeur peut être au courant de la situation et l’avoir même encouragée. 
  • D’autres stratégies d’adaptation coexistent avec ces trois mécanismes. Pour pouvoir continuer à travailler tout en étant malade, le travailleur va adapter ses conditions de travail telles que les tâches à effectuer, le nombre d’heures travaillées ou le lieu de travail.

Il est frappant de constater que la plupart de ces comportements peuvent nuire aussi bien au travailleur qu’à son employeur, si pas sur le court terme, inévitablement sur le plus long terme.  

Si vous subissez des pressions de la part de votre employeur pour adopter une stratégie inopportune face à la maladie, n’hésitez pas à contacter votre délégué syndical, le conseiller en prévention ou la personne de confiance au sein de votre entreprise. 



* Source: Cornelieke de Jong, “Invloed van werkdruk op gedragskeuzen bij gezondheidsklachten”, Universiteit Utrecht, 16/6/2017.

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.