LA CSC-E et la PRESSE

©Pexels

Retrouvez, au jour le jour, par thématique, les positions de la CSC-Enseignement relayées dans la presse.

 

Depuis  le 19 novembre 2020, cette nouvelle rubrique relaie les interventions de la CSC-Enseignement parues dans la presse. Pour ceux qui sont abonnés à la presse citée, le lien vers l'article est inséré dans le titre. En regard des droits d'auteurs, nous ne pouvons pas publier les articles.

Thématiques abordées par ordre alphabétique

CRISE SANITAIRE- Covid 19

Vaccins -Temps de midi -Modifications de la durée des congés- CEB

EVALUATION DES ENSEIGNANTS - Communiqué de presse

PENURIE

RFIE - Réforme de la formation initiale des enseignants

RYHTMES SCOLAIRES -Réforme prévue pour la rentrée 2022


CRISE SANITAIRE Covid -19

Retrouvez toutes les informations utiles et les circulaires COVID sur notre page Coronavirus-école

 

 

15/06/2021 la DH - article de Maïlï BERNAERTS: "A la veille du CEB, le bien-être des élèves inquiète la CSC-Enseignement"

Roland Lahaye déclarait, il y a deux ans:"ceux qui ont eu l’idée du CEB n’y connaissent rien à l’enseignement"

Aujourd'hui, il se montre toujours aussi critique.

A propos de l'utilité du CEB: "Normalement, le rôle du CEB est d’aider à piloter notre système d’enseignement, pas de faire un classement des meilleures écoles en fonction du résultat des élèves. L’épreuve certificative de base doit avoir pour unique objectif de nous permettre de savoir où se situent nos élèves à la fin du fondamental. Dans le futur tronc commun, il sera utile d’avoir une épreuve certificative à l’issue des années communes mais pas à la fin des primaires ! Évaluer les élèves alors que leur parcours n’est pas terminé n’aurait pas de sens. Plus on évalue, plus on met de pression sur les élèves et ce n’est pas utile"

En regard de la crise sanitaire: "La crise à tronquer les choses. Tout le monde fait comme si la vie avait été normal pour les élèves de primaire parce qu'ils ont pu suivre l'école en présentiel. Mais c'est oublier que les enfants aussi ont vécu une année particulièrement anxiogène ou les violences intrafamiliales ont explosé. Beaucoup d'enfants ont perdu leurs repères et certains ont perdu des proches. Penser que tout s'est bien passé dans le fondamental est un leurre et le CEB vient donné un coup de pression supplémentaire et plus on met de pression, plus élèves risquent de perdre leurs moyens."

"Je ne pense pas qu'on court à la catastrophe. Les professeurs ont fait preuve de conscience professionnelle pendant toute l'année et vont continuer à faire preuve de bienveillance."

15/06/2021 la DH - article de Maïlï BERNAERTS " A la veille du CB, le bien-être des élèves inquiète la CSc-Enseignement: "ils ont perdu des repères et des proches"

Il y a deux ans Roland LAHAYE déclarait: "ceux qui ont eu l’idée du CEB n’y connaissent rien à l’enseignement".

Aujourd'hui, il se montre toujours aussi critique.

A propos de son utilité: "Normalement, le rôle du CEB est d’aider à piloter notre système d’enseignement, pas de faire un classement des meilleures écoles en fonction du résultat des élèves. L’épreuve certificative de base doit avoir pour unique objectif de nous permettre de savoir où se situent nos élèves à la fin du fondamental. Dans le futur tronc commun, il sera utile d’avoir une épreuve certificative à l’issue des années communes mais pas à la fin des primaires ! Évaluer les élèves alors que leur parcours n’est pas terminé n’aurait pas de sens. Plus on évalue, plus on met de pression sur les élèves et ce n’est pas utile"

En regard de la crise sanitaire: "

11/05/2021 Vers l'avenir  article de caroline DESORBAY  "CEB -Comment corrigera-t-on les copies"

Les organisations syndicales s'opposent aux regroupements des enseignants pour corriger les copies et proposent  deux autres scénarios.

Dixit Roland LAHAYE

- A propos du scénario actuel: "Les copies graviteront via le service général de l'inspection: l'enseignant qui a fait passer l'épreuve met les copies sous enveloppe, enveloppe qui sera ouverte par l'enseignant correcteur d'une autre école 24 heures plus tard pour éviter tout risque de contamination "

- A propos du scénario proposé  où l'enseignant corrige les copies de ses élèves: "Nous avons demandé au cabinet de la ministre s'il ne serait pas possible de prendre un arrêté qui modifie l'arrêté pour permettre à l'enseignant de corriger lui-même les copies de ses élèves comme cela se fait dans le secondaire pour le CEID et le CESS sans que personne ne trouve à redire."

6/05/2021 RTL Témoignages Des professeurs d'une école à La Louvière contre un retour en présentiel à 100%: "Donner cours dans des classes surchargées est un danger"

Dixit Roland Lahaye 

A propos du soutien et de la couverture des syndicats pour des actions ponctuelles et localisées. "Les conditions sine qua non pour un retour en présentiel à 100%, c’est le respect des règles d’hygiène et de sécurité. S’il y a le moindre souci, les enseignants peuvent marquer leur opposition en effectuant un arrêt de travail ou en menant une campagne de sensibilisation"

A propos de l'état d'esprit des enseignants: "Ils gardent en tête ce qui s’est passé avant les vacances de Pâques. A ce moment-là, les écoles ont été pointées du doigt comme la cause de tous les maux. Elles étaient considérées comme des lieux de contamination et il fallait les fermer. Du coup, les professeurs ne sont pas confiants. Chat échaudé craint l’eau froide"

A propos de l'idée d'une grève: "On veut l’éviter à tout prix parce que cela aurait un impact sur le temps d’apprentissage des élèves"

6/05/2021 Le VIF - article de Soraya Ghali "Cantine, sport, récré... Des activités "a risque"

A propos du retour en présentiel  prévu le 10 mai...

Dixit  Roland LAHAYE...

Par rapport à la décision de reprise en présentiel à 100% prévu le 10 mai : il décrit "une crise de confiance" ... 

"Avant Pâques, on nous dit que l'école est au cœur de la dynamique épidémique. Aujourd'hui, ce lieu ne serait plus une source de contaminations."

"Il faut que cette rentrée du 10 mai ne soit pas loupée. Il faut qu'elle dure jusqu'au 30 juin. On ne peut plus faire marche arrière." 

Par rapport aux mesures visant le testing

"Pas assez ambitieux"..."Revenir en classe le 10 mai sans pouvoir proposer un testing massif et régulier, sans pouvoir proposer des tests à tous les élèves, c'est une fausse bonne nouvelle. En Flandre, on en a fait une condition de la réouverture des écoles. En Autriche, en Allemagne, au Royaume-Uni, on défend cette logique. "

Par rapport à la ventilation

"Rien a été fait pour équiper  sérieusement les établissements de purificateurs d'air. On aurait pu anticiper et on reste à une aération au doigt mouillé."

Dixit le front commun syndical

"Il y a dans les établisse­ments des lieux «à risque»

"Il faudrait nécessairement accroître les mesures. En particulier un renforcement du dépistage, une ventilation des locaux et une vac­cination prioritaire des personnels enseignants."

29/04/2021 La DHnet "Les enseignants ne sont pas confiants, ils gardent en tête ce qui s'est passé la semaine avant Pâques"

Roland Lahaye était l'invité dans l'émission " Il faut qu'on parle" sur DH Radio. Il est revenu sur le retour à 100% en présentiel dans l'enseignement obligatoire pour le 10 mai, les balises et les procédures en place ainsi que la vaccination des enseignants.

19/04/2021 Le soir en ligne -"Vaccination: le secteur de l'enseignement s'étonne de la priorité donnée aux athlètes olympiques et paralympiques"

Le soir relaye notre communiqué publié ce lundi 19 avril: «Tout en reconnaissant l’importance et le mérite de nos sportifs et sans vouloir leur porter un quelconque préjudice, nous rappelons que les personnels de l’enseignement sont eux aussi des champions dans leur catégorie et méritent la reconnaissance à laquelle ils ont droit en recevant prioritairement le vaccin».

«Ce sont les seules garanties pour un retour en 100% présentiel dans les écoles et pour éviter les fermetures de classes ou d’établissements scolaires», ajoute M. Lahaye.

Le communiqué a été publié sur ce site sous le titre : "Pour l'instant et jusqu'au 30 juin, les enseignants courent un marathon. Eux aussi sont des athlètes! "

13/04/2021

LA LIBRE -  article de Monique Baus  "Les acteurs de l'école attendent un scénario fixe et rassurant" (article réservé aux abonnés)

Dans l'attente des décisions du CODECO du 14 avril... Dixit Roland Lahaye : "Tant qu’on ne sera pas plus au point avec les règles sanitaires, les tests, le tracing et les vaccins, on ne pourra pas avancer sereinement, car avec dix semaines jusqu’aux grandes vacances, on aborde le plus long tunnel de l’année scolaire."

DH - article de Mali Bernaerts  Rentrée scolaire: "Il faudra laisser du temps aux écoles(article réservé aux abonnés)

"Les circonstances de la rentrée restent floues. La CSC plaide pour un retour progressif"

Dixit Roland Lahaye: 'Même si un retour en présentiel est annoncé pour le 19 avril, je plaide pour qu'on n'impose pas aux écoles d'être prêtes dès le premier jour et qu'on leur donne une semaine pour un retour progressif des élèves. Il faudra un peu de sou­plesse"

12/04/2021 - LE SOIR en ligne "Vers une réouverture prudente des écoles, la piste d’une autorisation des terrasses en mai est débattue" 

Concernant le retour à l'école à 100% pour tous... Dixit Roland Lahaye :"Et quand bien même ce serait le cas, ça ne prépare pas en deux jours, il faut laisser le temps aux écoles secondaires de se réorganiser après des mois d’enseignement hybride... De toute façon, nous ne constatons aucune avancée sur nos exigences: pas de vaccination prioritaire, pas de testing généralisé, fin de l’opération pilote sur les tests salivaires… Tout cela alors que l’on va débuter le long tunnel de 10 semaines avant les grandes vacances"

31/03/2021 SUD PRESSE - article de Didier Swyssen

"Ecoles: l'après-vacances de Pâques risque d'être très chaud"

Concernant la l'anticipation d'une semaine de vacances de Pâques... Si tout est redevenu un peu plus calme, Roland Lahaye fustige tout en précisant que cela reste des incidents isolés.  « ces directions qui font une lecture particulière de la circulaire, obligeant les enseignants à venir tous les jours ou à se réunir pour étudier les plans de pilotage ».

A propos  du cahier de revendications sectorielles déposés par les syndicats le 1er avril 2021: 

Dixit Roland LAHAYE :"On l’a placé sous le thème de la lutte efficace contre la pénurie d’enseignants que la crise sanitaire a fait réapparaître de façon cruelle "

22/03/2021 RTBF -Emission CQFD -   "Ecoles: des mesures à la hauteur de l'enjeu?"

article de Catherine Tonero - Extraits de l'émission

Dixit Roland Lahaye

Concernant la pression mise sur les écoles: "On a mis toute la pression sur le dos des enseignants et je ne trouve pas ça loyal. L'école a longtemps été une priorité et subitement, on inverse carrément la tendance, plus personne ne s'y retrouve et l'on doit prendre des mesures supplémentaires à des mesures déjà drastiques. Et surtout, on sape encore les contacts sociaux".

Concernant la fermeture de toutes les écoles: "Ce n'est pas parce qu'il y a un cluster dans un bureau de poste qu'on va supprimer la distribution de courrier dans tout le pays, il faut cibler. Mais encore faut-il que les données soient disponibles rapidement".

Concernant la vaccination: "Celle-ci vient s'ajouter aux autres mais est indispensable pour que les enseignants puissent assurer leur boulot au quotidien"... Les autres étant le rappel des règles, le testing et le tracing.

20/03/2021

LN24 Auvio - édition de 10h00 -  "Enseignement: Vers de nouvelles mesures  dès ce lundi?"

Extrait - début de l'interview de Roland LAHAYE: "La nuit a été amère. Il y au sein du gouvernement autant de variant qu'au niveau du virus. A un moment donné, il faut être clair avec les gens. Soit on fait le choix d'une école qui est la priorité dans la société et je pense que les enseignants l'ont démontré. Depuis plusieurs mois, ils vont au front sans se plaindre malgré les craintes légitimes qui sont les leurs pour maintenir chez les jeunes un niveau d'éducation et de santé mental qu'ils n'auraient jamais dû perdre d'ailleurs. Tout ce qu'on a en retour, c'est : débrouillez-vous, maintenant il faudra probablement des trouver des mesures...".

L'avenir - article de Céline Demelenne

"Ecoles en sursis: «On est face à un double discours»" (article réservé aux abonnés)

La journaliste relève le discours de Roland Lahaye  qui dénonce le manque de cohérence du Gouvernement fédéral. Dixit Roland Lahaye: " J'entends les ministres dire que l'enseignement est une priorité si c'est le cas les paroles doivent être suivies d'actes" ...  "et on peut plus jouer au yo-yo avec les enseignants"... 

Indiquant que Roland Lahaye  souhaite voir le tracing  et un testing  digne de ce nom être implantés très vite et que le timing l'impose elle termine  l'article en le citant:  "Nous entrons bientôt dans des semaines cruciales pour les élèves et les enseignants la fin de l'année finalement assez proche et il serait bien qu'elle se déroule dans les meilleures conditions possibles" 

DH - article de Mali Bernaerts

"Je ne vois pas quelles mesures supplémentaires pourraient être appliquées dans les écoles"

Dixit Roland Lahaye : "Je suis très étonné que le gouvernement et refilé la patate chaude aux acteurs de l'enseignement"... "Je note que les élèves de 3e et de 4e ne reprendront pas en présentiel avant les vacances de Pâques contrairement à ce qui était prévu, mais ce qui m'inquiète le plus, c'est que après Pâques, il ne restera plus que 10 semaines de cours et on ne peut pas louper le coche. Si on veut que les élèves puissent rentrer, on doit se donner les moyens et fournir des garanties . "... "On se rend compte qu'il y a des grains de sable qui grippent la machine: des élèves qui reviennent à l'école alors qu'ils n'ont pas été testés deux fois, des parents qui mettent leurs enfants à l'école alors qu'ils ont des symptômes du Covid et des pouvoirs organisateurs qui continuent à organiser des réunions en présentiel.  Toutes ces questions pourrait être vite réglées si on prenait la peine de communiquer à nouveau sur les règles. A force,  il y a certaines règles qu'on respecte moins." ... "Je rappelle que depuis un an, ce sont les enseignants qui paient leurs masques. Je voudrais qu'on me cite un seul autre secteur ou l'employeur n'a pas mis de sa poche pour protéger les travailleurs. Concernant les protocoles je ne vois pas ce qu'on pourrait faire de plus ils sont déjà très stricts."

19/03/2020

RTBF Auvio - Edition spéciale journal télévisé 19h00.

43:42 min. - Réaction de Roland Lahaye à la question de son ressenti posée par le jopurnaliste

DH - article de Pol Partouche

"Coronavirus à l'école: l'attitude  inquiétante de certains adultes"

Posant la question  de savoir si l'augmentation des cas dans les écoles serait due à un  relâchement de la vigilance par certaines directions pour faire respecter les règles de précaution tant par les enseignants que les élèves et de mise en quarantaine. 

Dixit Roland Lahaye;: " Cette forme de négligence dans une certaine partie de l’enseignement n’est que le « reflet du relâchement dans la société. " ... "Ce n’est pas juste de mettre les écoles en porte-à-faux face à l’augmentation des nouveaux cas. Si les gens font moins attention à l’extérieur, c’est logique qu’à l’école enfants et personnel se retrouvent positifs ou cas contacts". 

Le Soir - article de Eric Burgraff

"Elèves et étudiants de plus en plus dans le viseur  du virus"

A la question du joyrnaliste posée aux responsables des organisations syndicales " Qu'est-ce qui justifie ce regain  de tensions politiques  autor des écoles?

Dixit Roland Lahaye : « Avec les nouveaux variants très contagieux, il est évident que l’école, où se croisent parents, élèves et enseignants, participe bel et bien à l’évolution de l’épidémie. Les enseignants sont inquiets, ils ne se plaignent pas, mais il faut d’urgence que l’on prenne en compte la difficulté de leur travail dans ces conditions. »
Il faut absolument mettre en place un testing et un tracing généralisés de qualité, et, si besoin, ajouter des mesures sanitaires. Si l’on veut laisser l’école ouverte, la démarche de protection de ses occupants doit être collective »,

La Libre - article de Monique Baus

"La fermeture des écoles n'est pas envisagée à ce stade côté francophone"

La journaliste rappelle que les syndicats ainsi que les Ministres de l'enseignement flamand et francophone réclament la vaccination prioritaire pour les personnels de l'enseignement et dans les mesures qui pourraient aider à sauver l'année scolaire cite Roland Lahaye  Nous demandons aussi depuis longtemps la possibilité de testing généralisés, mais ce n’est toujours pas au point ». 

3/03/2021 SUD PRESSE - article de Didier Swyssen

"Retour des élèves à l’école à 100% et tests salivaires?"

Suite à la décision de poursuivre le code rouge dans l'enseignement obligatoire jusqu'au 15 mars.

Dixit Roland LAHAYE -SG :«Tout le monde est tendu et mord sur sa chique », ... « Les enseignants attendent la reprise de tous les élèves en présentiel et aussi la vaccination. Ils attendent des jours meilleurs vers Pâques. Pourquoi ne pas profiter des deux dernières semaines avant Pâques pour mener des opérations pilotes, tant pour le retour de certains élèves à l’école que pour les tests salivaires ? Cela rendrait un peu le moral à tout le monde.»

LE SOIR+ -article de Eric Burgraff

8/02/2021 

Vaccination pour les enseignants: il y a priorité et priorité

Dixit Roland LAHAYE -SG

«S’entendre dire que des enseignants ne prennent pas de risque dans cette crise alors que le vécu du terrain dit tout le contraire, nous ne pouvons pas l’accepter » 

7/02/2021

L'info est tombée ce samedi lors du point presse hebdomadaire du Commissariat fédéral Corona où il faut entendre les mots suivants dans la bouche  de Sabine Stordeur, professeures à l'UCLouvain et coresponsable de la Taskforce vaccination! : "Les enseignants ne ont pas particulièrement plus à risque  que d'autres professions, ils ne seront donc  pas intégrés dans cette phase de la vaccination." on parle ici de la phase 1A. L'argumentation porte sur le fait qu'il faut distinguer les professions dites "critiques" de celles dites "essentielles". Interrogé  par le journaliste du soir Eric Burgraff, Voici la réaction de Roland LAHAYE, SG de la SC-E. 

Coronavirus: pas prioritaires pour la vaccination, les enseignants s'insurgent 

Dixit Roland LAHAYE -SG

« Il est particulièrement interpellant de la part des experts de dire que les enseignants ne seraient pas à risque. Il faut ne pas avoir fréquenté de classes depuis longtemps pour ignorer qu’un enfant (qui peut être porteur de la maladie) a besoin de contacts. C’est d’autant plus vrai que l’élève est petit. La distance physique imposée aux enseignants dans leurs contacts avec les élèves engendre énormément de problèmes et crée chez eux un mal-être qu’il est de plus en plus difficile de maîtriser.»

« On ne compte plus les membres du personnel en souffrance mentale et psychologique. Elle aurait pu être adoucie par cet espoir né de la vaccination. Au-delà de l’aspect sanitaire, et sans vouloir opposer les secteurs professionnels, c’était aussi une reconnaissance à ceux qui, sans broncher et depuis de trop longs mois continuent tant bien que mal à accomplir leur mission. Les actes auraient dû remplacer la sempiternelle ritournelle “l’école est la priorité” ».

29/01/2021 -SUD PRESSE LA MEUSE -article de de Didier Swysen

"Le profs demandent des tests rapides dans nos écoles" (article réservé aux abonnés)

Dixit Roland LAHAYE -SG

"L’Université de Liège développe des tests rapides. Pourquoi ne les mettrait-on pas dans les écoles, comme cela se fait en Flandre?", interroge Roland Lahaye. "Pourquoi chez eux ou dans les maisons de repos et pas dans les écoles? On ne nous donne pas de réponse précise (…) Cela serait utile en cas de cluster."

"À partir du moment où les politiques affirment que l’éducation est une priorité et que la dernière chose à fermer, ce sont les écoles, il est essentiel de vacciner prioritairement ceux qui doivent tenir l’outil ouvert", juge Roland Lahaye (CSC-Enseignement).

"Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a déjà manifesté cette position auprès de la task force vaccination. Alors, bien sûr que le personnel doit être libre d’accepter le vaccin ou pas, mais je pense que le seul moyen de s’en sortir actuellement, c’est le vaccin."

28/01/2021 - Sud presse DH - article de Mali Bernaerts

Il n’y pas que les élèves qui sont à bout, les profs aussi craquent: “J’ai l’impression d’enseigner dans le vide” (article réservé aux abonnés)

La journaliste relaie le fait que les enseignants font part de leur désarroi via les réseaux sociaux ou auprès de leur syndicat 

Roland LAHAYE -SG témoigne: "Les enseignants sont à bout. Il y en a  de plus en plus qui craquent littéralement et fondent en larmes en m'expliquant leur situation. Dans certaines écoles, ça devient difficile  à gérer. si ça continue, il va falloir que la ministre de l'Education prenne des mesures pour  leur venir en aide."

26/01/2021 - SUD PRESSE - article de de Sabrina Berhin

" Pas de raison de fermer toutes les écoles!" Pour Emmanuel André, les tests et la réactivité sont par contre des éléments-clés"

Dixit Roland LAHAYE -SG Sur la question du testing pour les écoles qui sont concernées par une fermeture...

"Roland Lahaye, président de la CSC-Enseignement, est pour sa part plutôt satisfait de la manière dont les choses sont gérées pour le moment. « La réaction est rapide », reconnaît-il. « Pour les cas qui nous ont occupés, tout a jusqu’à présent été mis en place pour permettre le testing. Espérons que ça continue à grande échelle, pour permettre à tous ceux qui en ont besoin de se faire tester!» 

20/01/2021 - SUD PRESSE - article de de Didier Swysen

A la veille du comité de concertation  du 21 janvier,...

La tension monte parmi les profs: "Certains perdent pied!" : Les syndicats tirent la sonnette d’alarme, alors que l’hybridation fatigue et que le virus mutant inquiète.

À en croire les syndicats, la tension monte aussi parmi les enseignants. Le responsable de la CSC ne fait pas que référence à l’hybridation (les élèves vont à mi-temps à l’école et suivent l’enseignement à mi-temps à distance).

Dixit Roland LAHAYE -SG

«Certains se sentent de plus en plus largués, ils perdent leurs repères, cela dure depuis trop longtemps»

« Ils trouvent un public de moins en moins réceptif. Tout le monde est perturbé, aussi les élèves qui ne peuvent plus vivre leurs loisirs (sports ou scouts), ni voir leurs amis comme avant. Si papa et maman sont mal dans leur peau, cela se répercute sur eux. L’hybridation a montré ses limites et cette absence de perspectives est pesante (…) N’y aurait-il pas moyen de lancer une plateforme pour que ces enseignants puissent trouver une oreille attentive à leur mal-être? »

2021- A QUAND LE RETOUR A LA NORMALITE

Si la rentrée du 4 janvier se fera dans les mêmes conditions que celles dans lesquelles le trimestre s'est terminé, la question se pose de savoir à quand un retour à la normalité.

16/12/2020 - SUD PRESSE - article de Didier Swysen

Les syndicats espèrent un retour à des classes complètes le 25 janvier ou le 22 février

Extrait: "Semaines perturbuées. Un timing (février) qui semble aussi jouable du côté de la CSC-Enseignement." 

Dixit Roland LAHAYE -SG

«Je peux vous dire que les enseignants sont contents d’arriver aux vacances de fin d’année »..

«Ils viennent quand même de vivre des semaines perturbées avec cet enseignement hybride. Ce n’est pas une question de mauvaise volonté mais certains ont plus de mal, avec les ordinateurs, par exemple. Et il y a aussi les formations qui ne sont pas toujours organisées. Heureusement, ils savent à quoi s’attendre à la rentrée de janvier, c’est une stabilité à moyen terme qui est bienvenue.»

VACCINS PRIORITAIRES

6/12/2020 - RTL émission télévisée "Ce n'est pas tous les jours dimanche" à 1:18:52

Vaccin. Quelles professions sont essentielles

A la question est ce que "Est-ce que les enseignants sont enthousiastes ?... les enseignants veulent-ils  absolument être vaccinés ou pas?"

Dixit Roland LAHAYE

"Merci de m'avoir invité un 6 décembre, jour des écoliers, tout un symbole, Je ne suis pas venus faire ma commande de vaccins au grand Saint, je suis venus rappeler qu'à un moment donné les politiques ont décidé que l'enseignement était essentiel dans la société et au moment où on arrive à cette étape-là de la vaccination, il ne faudrait pas oublier les enseignants. Pour l'instant ce qui est perturbant, c'est qu'on a des hôpitaux qui sont en train de se remplir, même s'ils se vident enfin progressivement, et des classes qui sont à moitié pleines. Je souhaiterais que très vite on ait le contraire, c-à-d que les hôpitaux se vident et que les classes se remplissent"...

A la question réitérée: " Les enseignants veulent-ils  absolument être vaccinés ou pas?

"Je pense qu'il y a une demande. On sera comme dans toute la société, certains enseignants refuseront de se faire vacciner. Ce n'est pas là qu'il faudra le maximum de doses; en FWB, 100.000 enseignants, il faudrait 150.000 à 160.000 doses pour vacciner tout le monde et les structures via les médecines du travail sont prêtes pour vacciner. Il faudra peut-être qu'on pense au moment où on va arriver aux métiers essentiels, aux enseignants"

4/12/2020 - JT RTBF à 1:49

Les enseignants veulent être prioritaires pour la vaccination

"L'enseignement une priorité": Roland Lahaye, pour la CSC, réclame de la cohérence.

"Depuis septembre, le gouvernement a fait de l’enseignement une priorité, si l’on veut rester logique, les enseignants doivent eux aussi être prioritaires pour la vaccination. Plus vite les enseignants seront vaccinés, plus vite l’école retrouvera son organisation habituelle, c’est-à-dire avec les élèves présents à 100%, de manière à vivre la fin de l’année scolaire plus sereine, de manière aussi à aplanir les décrochages scolaires et les difficultés techniques".

TEMPS de MIDI

2/12/2020 - La Libre Belgique - article de Monique Baus

Casse-tête indigeste pour les écoles, l'organisation  du repas de midi alimente les craintes et les critiques

Plusieurs responsables syndicaux sont interrogés sur les retours qu'ils ont de leurs délégués à ce propos. A savoir, que les délégués de la CSC-Enseignement ont été invités, à l'aide d'un formulaire en ligne, à nous faire part de la situation dans leur(s) établissement(s) sur la mise en application des mesures sanitaires et des difficultés rencontrées.

Voici les interventions de R. LAHAYE, SG CSC-E, reprises dans l'article

On savait depuis le début que ce serait là qu’il y aurait le plus de difficultés”, ...

Sur la situation plus problématique dans le secondaire:

La décision a été prise d’éloigner la moitié des élèves et pourtant, au moment du repas, il n’est pas rare de voir de grands groupes d’élèves manger dans un local trop exigu, sans grande distance entre eux et, bien sûr, sans masque.”

CONGES-VACANCES

28/11/2020 - Sud presse DH - article de Mali Bernaerts.  Vers des vacances scolaires d’été plus courtes? Il faut prendre le temps d’y réfléchir! - «La CSC-Enseignement s’oppose à une éventuelle réduction de la durée des grandes vacances»

L'article donne  la parole à la CSC-Enseignement en réaction à la sortie  le 2 novembre 2020 du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet où il a laissé entendre dans les journaux du groupe Sudpresse que, si le congé du Carnaval  devait être prolongé  d’une semaine en raison du  Covid 19, cela aurait probablement un impact sur la durée des vacances scolaires d'été. 

Dixit R. LAHAYE, SG CSC-E: propos du secrétaire général de la CSC-Enseignement explicitant cette position.

«A la CSC-Enseignement, on est ouvert à la réflexion sur un changement des rythmes annuels. Ce n'est vraiment pas un sujet tabou. C'est même prévu dans le pacte pour un enseignement d'excellence. Pa contre, je ne suis pas d'accord qu'on utilise la crise sanitaire pour mettre un coup d'"accélérateur  à la réforme sans mener une réflexion plus profonde! Ce n'est pas comme cela qu'on mène un débat sereinement»

«Il faut bien se rendre compte qu'en touchant aux vacances d'été, on touche à tous les pans de la société. pour les familles recomposées, ce n'est pas forcément évident et ce n'est qu'un exemple. La fondation Roi Baudouin a fait une étude à ce sujet en 2017 à la demande de Marie-Martine  Schyns, avec des représentants  de toute la société: des parents, de l'Horeca, des mouvements de jeunesse, etc. Un changement de rythme  impacte vraiment tout le monde! Ce n'est pas quelque chose  qui se décide comme çà! »…

« Si on touche à l'été, il faut penser à tous les enseignants temporaires dont le contrat  se termine le 30 juin. il y a beaucoup d'aspects législatifs à prendre en compte. je pense vraiment que ce ne sont pas des phrases à sortir comme ça!»…

«On risque  de faire de cette question un débat communautaire, ce qui rendrait les choses encore plus compliquées. il y a  des familles wallonnes qui scolarisent leurs enfants  dans les écoles flamandes et inversement. Ces questions  doivent être évoquées de façon franche et ouverte et ne pas être tranchées en quelques jours

Rétrospective: mandat donné par le CCC de la CSC-E / avis 3 du  Pacte pour un enseignement d'Excellence

19/11/20 - Sud presse - article de G. BARKHUYSEN  "Faut-il raboter les grandes vacances d'été?"

Par rapport à la proposition de P-Y Jeholet d'allonger de quelques jours l'année scolaire pour compenser quelques  jours d'apprentissage "perdus" et si on opte pour un prolongement d'une semaine le congé de carnaval...

Dixit R. LAHAYE, SG CSC-E: « Vouloir compenser ces jours, c’est un mauvais calcul, Avec le Covid-19, tout le monde est en train d’en prendre plein la “tronche”. On va arriver en fin d’année avec les deux genoux à terre. Si l’on pousse l’année scolaire jusqu’au vendredi 2 juillet, que représenteront ces jours supplémentaires sur l’ensemble de l’année? On va rien y gagner. Ces effets d’annonce
n’aident pas à la poursuite de débats qui sont bien plus importants.»

EVALUATION DES ENSEIGNANTS

25/11/2020 Note de du front commun explicitant le rejet de l'avant projet de décret mettant en place un mécanisme d'évaluation des personnels de l'ense!gnement

11/12/2020 -RTBF - "Evaluer les enseignants ou les contrôler et les sanctionner? Les syndicats menacent de se retirer du Pacte d'excellence." - "l'école s'appête à vovre uine petite révolution"

Dans le cadre du nouveau système de gouvernance du système scolaire mis en place par le Pacte d'excellence (plan de pilotage-contrat d’objectifs), une note d’orientation préalable à un avant-projet de décret balisant la future évaluation des enseignants a été soumise aux organisations syndicales. Celles-ci ont toujours défendu la nécessité de l'évaluation formative tant des enseignants que des directions; l'objectif étant l'amélioration des pratiques dans les écoles. En front commun syndical, nous contestons vivement le texte qui prévoit que l'évaluation puisse déboucher sur des sanctions voire une rupture de contrat; si ce caractère sanctionnable devait être maintenu, cela pourrait nous amener à se retirer des travaux du pacte.

Extrait: dixit Roland LAHAYE- SG de la CSC-E: "Permettre à l’enseignant d’évoluer dans sa pratique, c’est une chose, l’attendre au coin de la rue pour le tacler en est une autre", explique Roland Lahaye de la CSC enseignement, "d’autant plus que des sanctions existent déjà dans les différents statuts".

PENURIE

31/03/2021 SUD PRESSE - article de Didier Swyssen

"Ecoles: l'après-vacances de Pâques risque d'être très chaud" - CAHIER de REVENDICATIONS

A propos  du cahier de revendications sectorielles déposés par les syndicats le 1er avril 2021: 

Dixit Roland LAHAYE :"On l’a placé sous le thème de la lutte efficace contre la pénurie d’enseignants que la crise sanitaire a fait réapparaître de façon cruelle "

RFIE- Réforme initiale de la formation des enseignants

19/05/2021 -L'AVENIR "Cette réforme-là, on en veut pas

Suite  à l'adoption de l'avant-projet de décret adopté par le Gouvernement  de la FWB  le 30/4/21., trois syndicats dont la CSC-E ont  publié un communiqué où ils rejettent en force  la RFIE et demande " le retour à une réforma ambitieuse et porteuse de sens".

Sur la question de la 4ème année organisée dans le cadre d'une charge professionnelle rémunérée

Dixit Joachim Sosson, délégué du secteur supérieur CSC-E: "cela va être  compliqué  pour les hautes écoles de former un étudiant engagé et rémunéré par un PO... Cela casse l'aspect formatif  de ces stages. Ce n'est  pas une mauvaise  idée d'aider  les étudiants à entrer dans le métier mais pas si on les envoie a front encore moins bien qu'avant."

Dixit Roland Lahaye: "C'est une formation dont on sait depuis le début qu'elle va être  coûteuse de par l'allongement  de la durée des études mais aussi  de par la revalorisation  barémique que cela implique. Quand on additionne  tout, on réalise que c'est  à la limite impayable, alors  on bricole  une réforme qui n'est plus du tout en phase avec la demande actuelle, avec la réalité  de l'école d'aujourd'hui et encore moins avec l'école de demain". 

RYTHMES SCOLAIRES

Consultez aussi notre ACTU-DOSSIER consacré au rythmes scolaires annuels

20/05/2021 -L'avenir  article de Benoit ROBAYE + VIDEO - "Coup de "turbo" sur al réforme des rythmes scolaires: " Ce qui  s'est passé à beaucoup rompu la confiance"

Suite à la rencontre entre les syndicats et le cabinet de la ministre  ce jeudi 20/5...

Dixit Roland LAHAYE:

- "Le sujet de la réforme des rythmes scolaires est en discussion depuis longtemps, ça fait bientôt trente ans qu’on en parle, mais on ne voit jamais rien venir, et tout d’un coup, les choses se sont accélérées.

- "Quand on réforme, c’est pour donner du sens. C’est une réforme sociétale. Modifier pour modifier, ça n’a pas de sens."

-"On est dans le cadre d’une crise, on ne comprend pas pourquoi on active le turbo. On pose la question au gouvernement: donnez-nous la véritable raison de l’accélération"

- "Le timing n’est pas bon. La question que j’ai posée personnellement: quel est le sens? Si on change les rythmes, il faut oser le débat" 

- "Je ne peux acheter une réforme dans un sac": 

Après dire réclamer des garanties des opérateurs extérieurs tels que l'Onem, s'interroger  de l'impact sur les autres niveaux d'enseignement, sur les enseignants qui travaillent dans plusieurs communautés... :

- " Je plaide pour une réforme transversale, interniveaux"

- "Utiliser la crise pour dire ‘changeons les rythmes’, c’est un raccourci trop court. Cette réforme, personne n’a le droit de la louper. Elle entraîne toute la société. Pour la réussir, il faut un climat de confiance. Ce qui s’est passé la semaine passée a beaucoup rompu la confiance."

-"Il faut rétablir la confiance, la pression doit redescendre. Il reste cinq semaines de cours et elles doivent être sereines!"

A propos de l'écxéhance 2022

-"Moi, je dis au gouvernement: s’il y a besoin d’un an supplémentaire pour réunir toutes les conditions favorables à la réforme, alors nous, en tous les cas la CSC Enseignement, nous ne sommes pas opposés à ce qu’elle entre en vigueur le 1er septembre 2023."

18/05/2021 -RTL journal télévisé -interview: "Réforme des rythmes scolaires: réaction de Roland LAHAYE"

13/052021 -LN24: "On n'a pas encore compris le sens que le gouvernement donne à la réforme scolaire"

La CSC-Enseignement s'étonne de la manière dont les derniers jours se sont passés et de la validation de la réforme scolaire.

Dixit Roland LAHAYE (extraits):

-"On n'est pas contre la réforme des rythmes scolaires mais on est plutôt surpris de la manière dont les derniers jours se sont passés. Les acteurs du secteur s'étaient entendus sur une proposition de scénario qui n'était pas celle que le gouvernement a décidé hier"

- "Réformer c'est donner du sens mais je n'ai pas encore compris le sens que le gouvernement donne à la réforme scolaire".

-"Comment va-t-on réorganiser l'extra-scolaire ? Comment se coordonner avec les mouvements de jeunesse ? Quid de la promotion sociale ? Quid du positionnement du supérieur?"

13/05/2021 - Le soir article de Charlotte HUTIN "Réforme des rythmes scolaires: La CSC-Enseignement exprime ses inquiétudes"

Dixit Roland LAHAYE:

"Nous sommes surpris par cette réforme qui ne correspond pas à ce que nous avions privilégié."

"Lors d’une réunion avec les acteurs du Pacte d’excellence, nous avions abouti à un scénario différent. A savoir : oser une réforme ambitieuse en différenciant le nombre de jours des élèves de celui des enseignants de manière à permettre mathématiquement la réalisation de l’alternance de sept semaines de cours suivies de deux semaines de congé."

"Notre volonté était de passer de 180 à 175 jours de cours pour les élèves uniquement. Cela permettait d’avoir une seule période de huit semaines de cours d’affilée en fin d’année, au lieu de deux comme préconisée actuellement."

"Comme préconisé par la fondation Roi Baudoin, cette réforme des rythmes nécessitait, en parallèle, une réflexion autour de l’accueil extrascolaire. Particulièrement pour les élèves les plus démunis. Mais apparemment, il est hors de question pour les partis politiques d’envisager de diminuer le nombre de jours de cours. C’est le Saint Graal auquel ne pas toucher. Cela démontre une absence de courage politique. Quand on analyse les enquêtes OCDE, la Belgique n’est pas le pays où l’on scolarise le moins de temps. Par contre, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Si on fait mieux en moins de temps, c’est tout aussi porteur. Il faudra me dire quel pédagogue conseille le gouvernement."

La CSC-Enseignement relèvent aussi d'autres inquiétudes à propos de :

-l'évaluation et le risque de voir les périodes de congé transformées en périodes de préparation d'évaluations :"Nous voulons des garanties. Une période de repos doit rester une période de repos, insiste-t-il. Cette réforme des rythmes implique inévitablement une réforme de l’évaluation. Et qui dit réforme de l’évaluation dit aussi réflexion à propos des jours blancs dans le secondaire."

- l'absence de concordance avec les autres communautés et les autres niveaux d'enseignement

"Nous ne sommes pas opposés à une réforme des rythmes scolaires, mais il reste des zones d’ombre. L’année scolaire actuelle a été chamboulée par une crise sans précédent et on débarque maintenant avec une réforme de cette ampleur. On sent une volonté d’aboutir en septembre 2022. Ne vaut-il pas mieux, si nous ne sommes pas prêts, avoir le courage d’attendre un an pour tout réussir plutôt que de se presser et que ce ne soit un flop. On essaye de nous vendre un chat dans un sac… Tant que nous n’aurons pas la réponse à toutes nos interrogations, nous ne pourrons pas adhérer à cette réforme ."

15/02/2021 - L'Echo -article de Quentin Joris. "La réforme des rythmes scolaires aura un lourd impact sur l'économie belge"

"L'école s'apprête à vivre une petite révolution"

Dixit Roland LAHAYE: «On n’acceptera pas une augmentation des jours de travail.»

Notre proposition: Commencer l’année scolaire lors de la semaine englobant le 1er septembre et la terminer au plus tard lors de celle comprenant le 30 juin. "En gros, on n’empiéterait pas d’une ou deux semaines, en commençant le 23 août par exemple, mais uniquement de quelques jours sur les grandes vacances".

Sur la question de la problématique de réduire les jours de classe sous la barre des 180 jours minimum
Cette proposition entre-t-elle en collision avec la loi? 
Dixit Roland LAHAYE  "Pas nécessairement. Une réflexion sur les «jours blancs» de fin d’année, qui ne représentent pas des jours de cours effectifs, pourrait être menée. En réduisant leur nombre, un passage à un modèle de 175 jours ne signifierait pas nécessairement une perte de cours effectifs, explique la Fondation Roi Baudouin"

5/02/2021 - Vers l'avenir -article de F.-X. G. La rentrée 2022 se fera à un autre rythme

Parmi les réactions récoltées par le journaliste sur ce qui est sur la table actuellement, voici l'extrait reprenant celles  de R. LAHAYE, SG CSC-E résumée par  le titre: "Oser lever certains tabous"

"Pour mener à bien cette réforme, il faut avoir l’adhésion du personnel des écoles. Et il faudra lever certains tabous, prévient Roland Lahaye. «On n’est pas opposé à ce que l’on empiète sur les vacances d’été mais à condition de commencer l’année la semaine englobant le 1er septembre et la terminer au plus tard la semaine comprenant le 30 juin, ce qui implique de revoir à la baisse la balise des 180 jours de cours. On n’acceptera pas une augmentation des jours de travail des enseignants».

Autre attente du syndicat chrétien: «Nous nous souhaitons que les périodes de repos soient en partie consacrées à mener une véritable réflexion pédagogique, à un travail collaboratif qui pourrait être comptabilisée dans les jours de cours»".

19/11/2020 - Sud presse - article de G. BARKHUYSEN  "Réforme des rythmes scolaires: objectif septembre 2022"

Par rapport à la proposition faite aux membres du comité de concertation supervisant les travaux du pacte d’excellence portant sur un calendrier scolaire, à partir de la rentrée 2022, basé sur sept semaines de cours, suivies de deux semaines de congé : les vacances d'été  se verrait donc rabotées de 2 semaines mais les congés d'automne et de carnaval se prolongé d'une semaine.

Dixit R. LAHAYE, SG CSC-E: «Si on fixe cet objectif de septembre 2022 et qu’on se donne les moyens d’assurer une sérénité dans les débats, je pense qu’il y a moyen d’y arriver», nous explique-t-il. «Maintenant, il faut aborder cette réforme des rythmes scolaires de manière sereine.»"

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.