Vos droits
bab449ae-2477-46b3-8fca-27c4c5741bd6
https://www.lacsc.be/vos-droits
true
Actualité
59ea6a04-d5cb-49bb-86bf-262457cb04b8
https://www.lacsc.be/actualite
true
Services
c7cddb17-187f-45c2-a0e2-74c299b8792b
https://www.lacsc.be/services
true
S'affilier
abbb02d8-43dd-44b5-ae75-3cd90f78f043
https://www.lacsc.be/affiliation
true
La CSC
c62ac78b-1aa2-4cb9-a33b-59e6fc085fb4
https://www.lacsc.be/la-csc
true
Contact
7f7bdd4f-c079-401e-a1bf-da73e54f00c2
https://www.lacsc.be/contactez-nous/pagecontact
true
Je m'affilie

Revaloriser les métiers essentiels c'est pas du superflu si on veut continuer à compter dessus

Revaloriser les métiers essentiels c'est pas du superflu si on veut continuer à compter dessus

Vous devez accepter les cookies de marketing pour voir la vidéo

 

Aides-soignant·e·s, infirmières et infirmiers, personnel du commerce alimentaire, du gardiennage ou du nettoyage, enseignant·e·s... La pandémie a mis en lumière de manière crue et cruelle le fossé souvent énorme entre l’utilité sociale des métiers et la rémunération des travailleurs et travailleuses qui les exercent.

Ces métiers, majoritairement occupés par des femmes, sont caractérisés par des conditions de travail précaires et souvent pénibles, et des salaires trop bas… Il est donc urgent de les  revaloriser.

La CSC wallonne demande donc aux pouvoirs publics de:

  • Renforcer l’attractivité et la tenabilité des métiers essentiels; trop de secteurs n’ont plus été valorisés depuis 20 ans.
  • Refinancer massivement les services publics et le secteur du non-marchand car ils méritent mieux que d’être une variable d’ajustement budgétaire.
  • Développer une vision politique de long terme en matière de recrutement pour parer aux départs naturels.
  • Augmenter tous les salaires bruts, et en particulier les salaires minimums, notamment dans le cadre d’un accord interprofessionnel libéré de la contrainte de la loi sur les salaires, et ensuite dans les négociations sectorielles.
  • Respecter strictement la convention collective de travail (CCT 35*) et la loi-programme du 22 décembre 1989**, car les travailleurs et travailleuses à temps partiel qui le désirent doivent recevoir en priorité les augmentations d’heures de travail dans leur entreprise.
  • Reconnaitre la pénibilité du travail, en particulier dans les secteurs qui occupent majoritairement des femmes, notamment par la possibilité de réduire son temps de travail sans perte de salaire.

*La CCT 35 stipule le droit pour les travailleurs à temps partiel d’obtenir par priorité et à leur demande un emploi à temps plein dans leur entreprise.

**La loi-programme du 22 décembre 1989 prévoit que les travailleurs à temps partiel qui en ont fait la demande à leur employeur, sont prioritaires pour les heures vacantes dans une fonction similaire.

Françoise

Partagez la campagne!

IMPRIMEZ et AFFICHEZ le visuel de la campagne à votre travail.
TÉLÉCHARGEZ le tract et diffusez-le autour de vous.
AJOUTEZ le visuel de la campagne en-dessous de votre signature e-mail.
PARTAGEZ le visuel sur Facebook et Instagram!

Pas encore membre? Affiliez-vous dès maintenant!

sophie

 

Sophie, 47 ans, est passionnée par son métier d’ergothérapeute gériatrique qu’elle exerce à la clinique Saint Pierre d’Ottignies. Elle est aussi déléguée CSC. Pour elle, tous les métiers sont essentiels au sein de l’hôpital.

«Actuellement et plus que jamais, il y a une telle souffrance qui émane du personnel soignant. Syndicalement, ça demande énormément d’énergie et il faut souvent taper sur le clou pour faire entendre les choses."

➡️ Découvrez le témoignage complet de Sophie.

le-monde-d-apres

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.