Vos droits
bab449ae-2477-46b3-8fca-27c4c5741bd6
https://www.lacsc.be/vos-droits
true
Actualité
59ea6a04-d5cb-49bb-86bf-262457cb04b8
https://www.lacsc.be/actualite
true
Services
c7cddb17-187f-45c2-a0e2-74c299b8792b
https://www.lacsc.be/services
true
S'affilier
abbb02d8-43dd-44b5-ae75-3cd90f78f043
https://www.lacsc.be/affiliation
true
La CSC
c62ac78b-1aa2-4cb9-a33b-59e6fc085fb4
https://www.lacsc.be/la-csc
true
Contact
7f7bdd4f-c079-401e-a1bf-da73e54f00c2
https://www.lacsc.be/contactez-nous/pagecontact
true
Je m'affilie

Non marchand

Le 12 mai, c’est la journée internationale du personnel infirmier

Vous croyez vraiment qu’ils et elles sont à la fête ? Loin de là. 


Après les applaudissements et les promesses, les gifles.

Lors de la pandémie, les soignants se sont conduits et ont été considérées comme des héros. Des promesses ont fusé : « On a compris qu’il fallait réinvestir massivement dans les services à la population, et notamment dans les soins de santé ».
Et en effet, que ce soit au Fédéral (Hôpitaux, soins infirmiers à domicile...) ou au Régional (Maisons de repos, aide aux personnes handicapées, aux familles…), des budgets ont été débloqués, à la fois pour améliorer les salaires et améliorer les conditions de travail.

Mais sur le terrain, rien ne change !

La pénurie de personnel soignant sur le terrain est à la source d’un cercle vicieux infernal. Le rattrapage des activités hospitalières (retardées par la pandémie) s’ajoute à l’absentéisme et aux postes vacants pour épuiser le personnel. Celui qui tient encore songe fortement à réduire son temps de travail ou tout simplement à quitter la profession. Les burn-out se multiplient, ainsi que les accidents professionnels et maladies d’épuisement. Et bien sûr, l’image de ces professions se dégrade d’autant : qui aurait l’envie de rejoindre cet enfer, fût-il passionné.
Pire, alors que des centaines de millions d’euros ont été réinjectés pour des emplois supplémentaires, les postes restent inoccupés, faute de candidats.

L’obligation vaccinale, le coup de grâce !

L’encensement des soignants a fait place à la culpabilisation. Le ministre Vanden Broucke n’hésite pas à déclarer que le personnel soignant non vacciné est une menace grave pour la population, et est irresponsable, alors même que tout démontre que la vaccination, à ce moment-ci, avec le variant actuel, ne limite pas la contamination, mais bien la gravité pour celui qui est contaminé. Alors qu’il se base sur des avis d’un autre temps, le Ministre continue, contre vents et marées, à considérer qu’il faut voter la loi d’interdiction professionnelle pour le personnel soignant non vacciné. Massivement, les avis convergent pour considérer qu’une telle loi aura un effet inverse en matière de santé publique : par le découragement et la dévalorisation des professionnels concernés, et par l’aggravation de la pénurie de soignants.
Et qu’on ne vienne pas dire que c’est un outil « au cas où ». La démotivation, elle est là. Et pas au cas où. Et le personnel réfractaire à la vaccination ne va pas attendre d’être mis dehors pour se réorienter professionnellement !

Plus que jamais, mesdames et messieurs les responsables politiques, le personnel infirmier et soignant n’a pas besoin de la sortie d’une pièce de 2€ ( « 2 zéros », dirions-nous) pour se sentir reconnu. Il a besoin d’un investissement important pour rendre tenables et attractives ses professions.
Il a aussi besoin que les fédérations d’employeurs comprennent qu’il faut arrêter de fonctionner avec le personnel comme la seule variable d’ajustement des limites de l’offre de santé. Ce calcul à court terme (heures sups, changements d ‘horaires, etc.) crée la pénurie de demain.

Un peu de respect que diable !

Bonne fête au personnel infirmier et soignant… et MERCI !


La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.