Témoignage d'un agent pénitentiaire de Paifve

Jean-Paul Mathieu travaille à la prison de Paifve. Face à la crise du covid-19, il témoigne de la situation au sein de l’établissement pénitentiaire.

« Depuis le début de la phase de confinement, le climat au niveau des agents s’est détérioré, explique Jean-Paul. Il y a de la crainte et de l’incompréhension devant certaines notes venant de la direction générale, mais nous sommes surtout en colère d’être ainsi exposés sans aucun matériel de protection, et dans un environnement de travail insalubre, regrette-t-il.

Jean-Paul prend alors quelques exemples pour illustrer ses propos.

« Lorsque la période de confinement a été annoncée, les questions étaient : Comment ne pas importer cela à l’intérieur ? Comment ne pas contaminer les collègues et les internés si l’on a été en contact avec une personne étant suspectée COVID 19 alors que mon autorité m’impose le travail dans ces conditions ? » Et de continuer : « Nous n’avons pour l’instant aucun interné suspect (3 sont confinés par mesures de prudence) et plus aucun mouvement. »

« Si le virus se propage, cela se fera via le personnel. Ce même personnel qui DOIT venir travailler, peste Jean-Paul. Les administratifs bénéficient du télétravail, ce qui, au moins, diminue le risque de propagation. Par contre le personnel de soins - y compris les éducatrices - doit venir à l’établissement ou prendre congé. C’est totalement irresponsable ! Les internés ne sortent que pour le préau et les soins, alors quelle est l’utilité de faire venir une partie de ce personnel de soins ? », s’interroge-t-il.

Concernant son environnement de travail insalubre, Jean-Paul ne décolère pas : « Faire nettoyer par des personnes déficientes est dénoncé depuis des années à l’EDS. Ces derniers sont souvent plus lents et instables dans le travail. Nous n’avons pourtant que cette solution. En cette période où on ne cesse de rappeler l’hygiène indispensable des lieux de vie et de travail, cette solution est chaotique et engendre une frustration supplémentaire ! »

Au niveau du matériel, une partie du personne a confectionné des masques en tissus. « Merci à eux ! », s’exclame Jean-Paul, avant d’ajouter « mais il n’y a en a malheureusement pas pour tous. Les autres masques manquent. Nous avons reçu un mail de l’administration nous demandant nos besoins en gants… On s’occuperait enfin de nous ? Tard et mal… ».

Face à la situation, les absences sont nombreuses. Hier, ils étaient par exemple 60 absents sur 180 ! « Comment éviter que le reste s’épuise en travaillant en pause et sans donner des congés ? », s’interroge Jean-Paul.

Cependant, malgré une situation très difficile, Jean-Paul tient à faire quelques remerciements.

« Merci à l’ensemble du personnel mobilisé et ce dans chaque catégorie. Faire tourner la machine dans ces conditions n’est pas évident ! Merci au personnel ayant pris sur son temps, et son matériel personnel pour confectionner des masques tissus. Enfin, je voudrais remercier la direction locale qui fait ce qu’elle peut pour gérer la crise avec les faibles moyens alloués, et les inepties de l’autorité supérieure », conclut-il.

Personalization