Descente sur Buissonville

Il est temps de transformer les promesses et déclarations en actes concrets! C’est ce que la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien compte rappeler au ministre socialiste Pierre-Yves Dermagne ce mardi 8 juin en se rendant, en convoi, à son domicile à Buissonville (Rochefort).  « Ce ne sont pas quelques kilomètres qui vont nous nous empêcher d’interpeller le ministre de l’Economie et du Travail, » situe Jean-Marc Namotte, secrétaire fédéral de la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien.

Faire entendre nos revendications

«Nous allons donc prendre la route pour Buissonville, ce 8 juin, pour faire entendre nos revendications concernant les fins de carrière, les prépensions, le salaire minimum et bien sûr la norme salariale et la fameuse loi de 1996 dont nous réclamons la révision en profondeur ! Pour attirer un maximum l’attention sur la nécessité de valoriser enfin les travailleurs et les travailleuses, nous avons bien l’intention de faire du chahut dans la patrie de Pierre-Yves Dermagne: nous comptons encercler le quartier « ministériel ». Il est indécent d’applaudir les travailleurs un matin, et de leur donner une gifle le lendemain ! » s’exclame Jean-Marc Namotte qui rappelle que le gouvernement a loupé une occasion de valoriser les travailleurs avec sa proposition de médiation floue et imbuvable sur la norme salariale.

La seule solution possible consiste à revoir en profondeur la loi sur la norme salariale: son logiciel doit disparaître et la norme doit tout au plus être indicative. Il est crucial de pouvoir négocier plus librement sur les salaires. Si cette liberté de négociation n’est pas rétablie, il y a fort à parier que nous serons à nouveau confrontés à cette même discussion dans deux ans.

Respect des travailleurs

D’autres dossiers importants, à savoir notamment le salaire minimum et les fins de carrière doivent aussi trouver des solutions urgentes car ils concernent de nombreux travailleurs et travailleuses qui aspirent à ce que leurs efforts, fournis pendant leur carrière et pendant cette crise, soient enfin valorisés correctement.

«La hausse du salaire minimum ne peut plus souffrir de retard : il faut des avancées substantielles dès maintenant et des perspectives claires pour l’avenir, indique le secrétaire fédéral de la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien.  Quant aux fins de carrière, elles doivent être soutenables avec des possibilités de crédit-temps et de RCC. Il faut aussi pouvoir élargir le recours à la prépension (RCC) à 58 ans en cas de restructuration d’entreprise. » Revendications qui s’affichent sur des calicots apposés dans les zones d’activités économiques de la province de Liège : Hauts-Sarts, Seraing, Grâce-Hollogne, Plenesses, Chaineux, Eupen…

Personalization