Le personnel d’entretien des hôpitaux oublié

En décembre dernier, le gouvernement a décidé – à juste titre – d’octroyer une prime d'encouragement de 985 euros bruts au personnel hospitalier. Tout le personnel, SAUF le personnel d’entretien occupé via la sous-traitance! Ces travailleurs ne méritent-ils pas également notre respect et nos remerciements pour leurs efforts incessants dans cette crise sanitaire ? Ou alors leur rôle de désinfection des chambres occupées par des patients atteints du corona n’est-il pas ‘assez’ essentiel ?

«Malgré les risques et le manque de matériel, nous avons poursuivi le travail, nous étions en première ligne face au virus. Le gouvernement a toujours insisté sur l’importance de l’hygiène dans la lutte contre le virus. Le fait de ne pas bénéficier de la prime, c’est nier notre investissement et notre valeur.» - Farida

Dans un premier temps, les travailleurs concernés et les organisations syndicales ont pensé à un oubli grossier. Après tout, une catégorie de travailleurs négligée par inadvertance, ça pourrait arriver. Mais ici, ce n’est clairement pas le cas puisque nous dénonçons cette injustice depuis décembre et rien ne bouge. Plusieurs courriers ont été envoyés aux députés et aux ministres, nous avons posé une question parlementaire, nous avons contacté les cabinets et mené plusieurs actions sur le terrain, mais en vain.

Il faut savoir que ce que nous demandons au gouvernement ne représente pas un effort colossal : il ne s'agit au total que d'un millier de nettoyeurs, répartis dans différents hôpitaux du pays. L'impact budgétaire est donc négligeable. A l’inverse, pour les nettoyeurs eux-mêmes, avec leurs bas salaires, cette prime ferait vraiment la différence, comme le dit Irena : "Depuis cette crise sanitaire, nous travaillons encore plus dur que d'habitude, tout comme nos collègues de l'hôpital. Et pourtant, nous n'avons pas droit à la prime. Quelle injustice ! Mon mari est au chômage temporaire depuis un certain temps. Nos revenus ont baissé, alors bien sûr, ce « bonus » serait plus que bienvenu."

Pour obtenir réparation de cette injustice, plusieurs actions sont en cours. Dans les hôpitaux, mais surtout auprès du politique. Nous exigeons que les efforts de ces travailleurs, qui sont restés fidèles au poste et qui n’ont jamais démérité soient eux aussi valorisés. Nous espérons que le gouvernement entende enfin raison et qu’il corrige cette injustice et cette discrimination. Si ce n'est pas le cas, nous envisagerons d'autres actions.

Le 25 mai, une action symbolique sera organisée dans différents hôpitaux de Flandre, Bruxelles et Wallonie. Les nettoyeurs arrêteront symboliquement le travail durant quelques minutes, ils se rendront invisibles.

Un point presse régional aura lieu le 25 mai à 07h30 à la Clinique Saint-Luc de Bouge.

Les responsables syndicaux de la CSC et de la FGTB, accompagnés de travailleurs concernés reviendront sur les raisons de cette action. Tous seront disponibles pour des interviews.

Personalization