Le syndicat et la crise du coronavirus : Temoignage d’Andrea, aide-familiale

La crise du coronavirus agite le monde entier depuis des mois. Pendant le confinement, de nombreuses entreprises ont fermé leurs portes, ce qui a entraîné plus d'un million de chômeurs temporaires dans notre pays en avril. Les efforts de nos délégués ont été extrêmement importants. Ils se sont assurés - surtout en coulisses - que leurs collègues pouvaient retourner au travail dans des conditions sûres. 

Dans cette série, nous laissons quelques délégués (h/f) parler des conséquences de la crise du coronavirus dans le monde du travail et de ce qu'ils ont pu réaliser. Vous pouvez lire ci-dessous l'interview d'Andrea, qui travaille dans le secteur des soins à domicile.

Les conditions de travail se sont-elles alourdies depuis la crise du coronavirus ?

Oui, les conditions de travail sont devenues beaucoup plus dures parce que nous sommes constamment sous pression pour ne pas être infectés. Nous courons beaucoup de risques car nous devons nous rendre au magasin plusieurs fois par jour pour les clients. Tous les clients ne prennent pas les bulles avec le même degré de précaution, la distance de 1,5 m ne peut presque jamais être garantie. Et ce qui est très important et souvent oublié par l'employeur, c'est que le travail et la vie privée deviennent très stressants. 

Avez-vous peur d'être infectée dans le cadre de votre travail ?

En ce qui me concerne, je n'ai pas eu très peur car j'ai très bien suivi les règles. Beaucoup de collègues ont eu peur, surtout au début de la crise. Nous n'avions pas assez de moyens pour nous protéger contre le coronavirus. 

Qu'est-ce que les délégués de Familiehulp ont pu réaliser pour la sécurité et la santé des travailleurs ? 

Après de longs échanges par e-mails et par téléphone, des réunions en ligne ont finalement été organisées avec l'employeur. Mais au début de la crise du coronavirus, l'employeur a minimisé le besoin d'équipements de protection. J'étais en colère et je me sentais impuissante. Après avoir subi beaucoup de pression, les choses ont commencé à s'améliorer. Femma, par exemple, a lancé une action pour fabriquer des masques buccaux. Mais ce n'est pas tout, nous devons continuer à nous battre pour que tous les collègues disposent d'un équipement de protection suffisant. Mais je pense que c'est là que réside le problème : le budget. 

Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez encore accomplir ?

Beaucoup de collègues se sentent abandonnés parce que nous sommes un groupe oublié. Le personnel infirmier a été applaudi à juste titre et les centres de soins résidentiels ont fait l'objet d'une grande attention. Mais vous n'avez rien entendu sur les soins à domicile. Mes collègues militants et moi-même aimerions que l'employeur fasse un beau geste pour le personnel, qu'il lui témoigne sa gratitude. Nous aimerions aussi être davantage mis en avant en tant que militants car beaucoup de collègues pensent encore que les équipements de protection sont arrivés comme ça, mais rien n'est plus éloigné de la vérité...

Personalization