Agoria porte atteinte à la sécurité sociale

ACV-CSC METEA est particulièrement surprise qu’Agoria fasse la promotion des plans cafétéria à travers un outil en ligne, Flexyoo.

‘Les plans cafétéria sont souvent attrayants, même aux yeux des travailleurs, mais à long terme ils minent le financement de la sécurité sociale. C'est un poison insidieux qui sape la sécurité sociale. Nous désapprouvons donc très fortement la promotion systématique de tels plans’, déclare le président ACV-CSC METEA, William Van Erdeghem.

Le développement d’avantages extralégaux qui échappent en tout ou en partie aux impôts et aux cotisations sociales fait depuis longtemps partie des préoccupations des syndicats, à de nombreux égards: financement de la sécurité sociale, constitution des droits de sécurité sociale, égalité des salaires et des revenus, relations collectives de travail, …

ACV-CSC METEA a mis en garde à plusieurs reprises par le passé au sujet de l'impact des plans cafétéria sur la sécurité sociale et des conséquences pour les travailleurs. Par exemple, une personne qui renonce à une partie de son salaire en échange d’un leasing vélo et tombe ainsi sous le plafond de pension recevra une pension légèrement inférieure, une prime de fin d'année et  un pécule de vacances rabotés, etc.

‘Si en outre de nombreux travailleurs et/ou des personnes percevant de gros salaires commencent à optimiser leur salaire en masse à travers ces plans, la sécurité sociale risque de voir fondre ses recettes’, toujours selon William Van Erdeghem.

‘Nos autorités jouent un double jeu. D’une part elles acclament la sécurité sociale qui constitue un pilier en ces temps difficiles, d’autre part elles permettent aux employeurs de recevoir de plus en plus d’avantages exonérés d’ONSS. À long terme, cela peut représenter une menace majeure pour la solidarité et pour notre sécurité sociale.’

L’augmentation du nombre de plans cafétéria augmente l’individualisme

Le nombre de plans cafétéria est en constante augmentation. C’est en train de devenir un business en plein essor. L’industrie des services RH s’est précipitée en masse sur le filon. Le concept des plans cafétéria est habilement présenté, en mettant l’accent sur la liberté de choix et l’autonomie. 

Transparence?

Lorsqu’on propose l’introduction d’un plan cafétéria, la transparence est souvent loin d’être optimale. Les gens doivent faire individuellement des choix complexes, dont ils ne mesurent pas toujours toutes les conséquences au moment où ils font leur choix. Les différends portant sur les salaires deviennent aussi beaucoup plus complexes. En outre, de tels plans occasionnent régulièrement des problèmes pratiques quand un travailleur tombe en maladie de longue durée, en cas de licenciement, …

Désastreux pour les bas salaires

L'optimisation des salaires se développe, même sans les plans cafétéria. Mais les plans cafétéria agissent ici comme un accélérateur, un catalyseur. Tous les travailleurs ne profitent pas de tels avantages salariaux alternatifs. Dans les secteurs et emplois moins bien rémunérés, surtout, ils constituent un problème supplémentaire. Car toutes sortes d’avantages sociaux sont de plus en plus liés au revenu, ce qui ne fait que renforcer le problème des pièges des bas salaires.

‘La promotion systématique de tels plans via un outil en ligne, alors que nous célébrons les 75 ans de la Sécurité sociale, est particulièrement cynique et ironique. Une concertation préalable au sein du secteur n’aurait pas été superflue, car Agoria connaît très bien la position de notre syndicat à ce sujet’, conclut William Van Erdeghem.  

 

Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse (PDF)

Personalization