Vos droits
bab449ae-2477-46b3-8fca-27c4c5741bd6
https://www.lacsc.be/vos-droits
true
Actualité
59ea6a04-d5cb-49bb-86bf-262457cb04b8
https://www.lacsc.be/actualite
true
Services
c7cddb17-187f-45c2-a0e2-74c299b8792b
https://www.lacsc.be/services
true
S'affilier
abbb02d8-43dd-44b5-ae75-3cd90f78f043
https://www.lacsc.be/affiliation
true
La CSC
c62ac78b-1aa2-4cb9-a33b-59e6fc085fb4
https://www.lacsc.be/la-csc
true
Contact
7f7bdd4f-c079-401e-a1bf-da73e54f00c2
https://www.lacsc.be/contactez-nous/pagecontact
true
Je m'affilie

140.04 - Assistance dans les aéroports

La CSC veut une étude de l’émission de particules ultrafines à l’aéroport

©Shutterstock

La CSC demande que les différents pouvoirs publics de notre pays et Brussels Airport Company (BAC) fassent effectuer une étude scientifique des quantités de particules ultrafines à l’aéroport de Zaventem. Elle veut ainsi établir une image des risques pour la santé des travailleurs. Les données des points de mesure actuels aux alentours de l’aéroport se situant à une distance trop grande ne permettent pas d’évaluer la situation sur le tarmac. Mercredi matin la CSC lancera une campagne auprès des travailleurs à l’aéroport de Zaventem.

Pour en savoir plus, consultez notre pamphlet

Fin juin les résultats d’une étude pluriannuelle par le Rijksinstituut voor Volksgezondheid en Milieu (RIVM) aux Pays-Bas ont été publiés. Il appert que les habitants dans les environs de l’aéroport de Schiphol sont régulièrement exposés à des particules ultrafines. Ces personnes semblent aussi encourir un risque accru de développer de graves problèmes de santé tels que des troubles pulmonaires ou cardiaques.
En Belgique des stations de mesure sont installées à Evere, Diegem, Steenokkerzeel et Kampenhout depuis 2016. Celles-ci démontrent également que la proximité de l’aéroport augmente la concentration de particules ultrafines.

«Ces chiffres sont très préoccupants. C’est pourquoi nous sommes fort soucieux des quantités de particules ultrafines sur le tarmac même et des séquelles pour les travailleurs qui sont exposés de manière prolongée à ces substances», dixit Hans Elsen. Dès lors la CSC demande l’installation de points de mesure à l’aéroport le plus vite possible afin de pouvoir mesurer exactement les quantités de particules ultrafines.

Pareille étude a déjà été effectuée au Danemark en 2012. Elle faisait état de valeurs fort élevées de particules ultrafines. Celles-ci étaient en moyenne environ quatre fois plus élevées que dans les alentours et trois fois plus élevées que dans une rue à trafic intense pendant l’heure de pointe. «L’exposition d’un travailleur sur le tarmac était même 25 à 50 fois plus élevée que pour un employé dans un bureau», selon Bjorn Vanden Eynde, secrétaire national pour les services d’assistance en escale.

La même étude fait apparaître que non seulement les avions mais aussi les voitures roulant sur le tarmac, la plupart du temps des diesels, sont largement responsables de l’émission de particules ultrafines. En outre des tas de voitures sont vétustes, ce qui augmente une fois de plus l’émission de particules ultrafines.

Ces données démontrent qu’une étude approfondie s’impose et que si des mesures doivent être prises il ne faut pas seulement viser les compagnies aériennes mais aussi toutes les activités s’opérant à l’aéroport. D’où l’importance d’impliquer tous les stakeholders pour qu’ils assument leurs responsabilités.

En attendant les résultats de l’étude, la CSC souhaite que le principe de précaution soit appliqué. Des valeurs maximales pour les travailleurs doivent être instaurées de suite et un contrôle plus sévère de l’emission des voitures doit s’effectuer. L’émission et l’inhalation de particules ultrafines peuvent être limitées par la prise de mesures telles que l’arrêt des moteurs ou le port de masques de protection.

«Une diminution de l’émission de particules ultrafines à l’aéroport aura un effet bénéfice non seulement sur la santé des travailleurs mais aussi sur celle des riverains.»

Qu’est-ce c’est une particule ultrafine?

Elle consiste en des fractions de cendres volantes et d’autres déchets combustibles d’un diamètre inférieure à un micromètre: trop petites pour les voir à l’œil nu.Les sources principales de l’émission de particules ultrafines sont les moyens de transport, l’industrie et les ménages.Ces particules étant si petites, elles peuvent se propager partout et pénétrer profondément dans les poumons où elles s’incrustent. Elles peuvent aussi être absorbées dans le sang par voie pulmonaire et être présents dans les organes. Bien que les conséquences pour la santé soient examinés dans un moindre mesure que celles des particules ultrafines, différentes études démontrent que ces dernières peuvent générer des troubles pulmonaires et cardiaques ainsi que des cancers.

Liens:
- Air Pollution in Airports, Ultrafine particles, solutions and succesful cooperation, The Danish Ecocoucil, 2012: http://www.project-cleanair.eu/measurements/documents/Air%20pollution%20in%20airports.pdf
- Onderzoek naar de gezondheidseffecten van kortdurende blootstelling aan ultrafijn stof rond Schiphol,  Rijksinstituut voor Volksgezondheid en Milieu, 2019: https://www.rivm.nl/publicaties/onderzoek-naar-gezondheidseffecten-van-kortdurende-blootstelling-aan-ultrafijn-stof
- UFP- en BC-metingen rondom de luchthaven van Zaventem, VITO, 2016: http://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/RAP_Etude_UFP_Zaventem_NL.pdf

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.