Vos droits
bab449ae-2477-46b3-8fca-27c4c5741bd6
https://www.lacsc.be/vos-droits
true
Actualité
59ea6a04-d5cb-49bb-86bf-262457cb04b8
https://www.lacsc.be/actualite
true
Services
c7cddb17-187f-45c2-a0e2-74c299b8792b
https://www.lacsc.be/services
true
S'affilier
abbb02d8-43dd-44b5-ae75-3cd90f78f043
https://www.lacsc.be/affiliation
true
La CSC
c62ac78b-1aa2-4cb9-a33b-59e6fc085fb4
https://www.lacsc.be/la-csc
true
Contact
7f7bdd4f-c079-401e-a1bf-da73e54f00c2
https://www.lacsc.be/contactez-nous/pagecontact
true
Je m'affilie

Transport, aviation et ports

48 pilotes attaquent Ryanair en justice

shutterstock

Aidés par leur syndicat CSC, 48 pilotes ont cité Ryanair devant le tribunal du travail de Charleroi. Les salaires des pilotes ont diminué de 20 % depuis la crise du COVID-19. Cette diminution avait été obtenue par Ryanair. L’entreprise avait menacé de licencier 66 pilotes si les salaires n’étaient pas réduits. Ryanair avait mis en avant que le contexte du COVID-19 imposait des économies importantes. Le dirigeant, Michael O’Leary, avait alors aussi diminué son salaire.

En mai 2022, Ryanair a expliqué dans un rapport que les salaires ont été diminués afin de bénéficier d’une meilleure position concurrentielle au moment de la reprise après le COVID-19 et d’augmenter encore ses parts de marché. L’entreprise s’est d’ailleurs félicitée qu’à Budapest, Ryanair est passé de 18 % à plus de 30 %, de 49 % à plus de 55 % en Irlande, et que ses parts de marché ont doublé en Suède. 

Le salaire du dirigeant, Michael O’Leary, a été rétabli. Ce n’est pas le cas pour les pilotes. Pour cette raison, parce que Ryanair a caché la vraie cause de la diminution des salaires, les pilotes réclament le rétablissement complet des salaires, au niveau d’avant le COVID-19. En réalité, les coupes dans les salaires n’ont pas servi à maintenir l’emploi. La diminution avait pour objectif d'éliminer encore un peu plus la concurrence, en détériorant les conditions de travail. 

Les pilotes réclament dans la même action que l'indexation d'août 2019 soit payée correctement. Ils demandent aussi au tribunal d’ordonner à Ryanair de payer correctement le salaire pour la période du COVID-19. Pendant cette période, les pilotes bénéficiaient du chômage temporaire. Ryanair devait payer un complément pour chaque jour de chômage. Sans respecter les règles du secteur de l’aviation, Ryanair a cependant payé ce complément une fois par mois, au lieu de chaque jour. 

Le personnel de cabine rencontre des difficultés encore plus grandes : les travailleurs sont mal déclarés à l’ONSS, les accidents du travail ne sont pas toujours pris en charge, les stewards sont envoyés dans d’autres pays soudainement sans égard à leur vie familiale, les délégués syndicaux n’ont pas accès à des postes permanents. Sur tous ces plans, le syndicat CSC espère pouvoir bientôt collaborer à l'action publique que le Ministère public lancera en septembre, selon les annonces du Ministre. 

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.