Vos droits
bab449ae-2477-46b3-8fca-27c4c5741bd6
https://www.lacsc.be/vos-droits
true
Actualité
59ea6a04-d5cb-49bb-86bf-262457cb04b8
https://www.lacsc.be/actualite
true
Services
c7cddb17-187f-45c2-a0e2-74c299b8792b
https://www.lacsc.be/services
true
S'affilier
abbb02d8-43dd-44b5-ae75-3cd90f78f043
https://www.lacsc.be/affiliation
true
La CSC
c62ac78b-1aa2-4cb9-a33b-59e6fc085fb4
https://www.lacsc.be/la-csc
true
Contact
7f7bdd4f-c079-401e-a1bf-da73e54f00c2
https://www.lacsc.be/contactez-nous/pagecontact
true
Je m'affilie

CP 119 - Commerce alimentaire

Les réelles causes du retard belge dans l’e-commerce

©Shutterstock

Le gouvernement a déposé un avant-projet de loi visant à faciliter l’instauration du travail de nuit sans concertation avec les syndicats dans l’e-commerce. Ce projet va compliquer l’obtention de compensations par les travailleurs en échange de l’instauration du travail de nuit. Le gouvernement plie ainsi sous la pression de la fédération patronale du commerce Comeos. Au cœur du débat : les causes du retard de l’e-commerce belge. Pour Comeos, le problème est une réglementation sociale trop généreuse. Pour la CSC, ce sont les entreprises elles-mêmes qui ont manqué de vision et ont raté le train de l’e-commerce.

Les causes du retard belge dans l’e-commerce

Les chiffres montrent que la Belgique est à la traîne dans l’e-commerce : en 2020, plus de 50 % des achats en ligne des Belges se réalisent sur une plateforme étrangère contre seulement 22 % aux Pays-Bas, 15 % en Allemagne et 14 % en France. Beaucoup d’observateurs craignent donc que des emplois soient perdus dans le secteur. La faute à la protection des travailleurs ? Pour la CSC, cela n’a pas vraiment joué. 

Le retard de la Belgique vient avant tout du fait que notre pays a raté le train de l’e-commerce lorsqu’il fallait le prendre à la fin des années 1990. En effet, la plupart des sociétés d’e-commerce dominantes aujourd’hui se sont lancées à cette époque. C’est le cas pour Amazon (1994), Alibaba (1999), Bol.com (1999), ou Coolblue (1999). Des sociétés très récentes comme Gorillas (2020) ne sont pas tellement la norme. Or, en Belgique, l’e-commerce était délaissé avant les années 2010, et cela indépendamment du niveau des salaires ou des conditions de travail. 


Plus remarquable encore est le manque de capacité d’innovation des « major players ». La principale cause du retard de notre pays a été l’absence de concurrence dans le commerce en Belgique[1], maintes fois dénoncée par les instances européennes. Parce que les grands acteurs de ce secteur se trouvaient ainsi dans une position confortable, avec comme conséquence des prix plus élevés et des marges bénéficiaires accrues. Ce n’est que depuis peu que les entreprises le reconnaissent également. Selon la CEO de BeCommerce, organisation qui regroupe les entreprises d’e-commerce : « Il y a seulement 1 ou 2 ans que Comeos ou Unizo soutiennent l'e-commerce », « cette attitude conservatrice est l'une des causes du manque de prise en compte de la nécessité d'évoluer » (interview dans l’Écho en 2021).

« L’ensemble de ces éléments montrent que le retard belge en termes d’e-commerce n’est pas dû au syndicat ou à la réglementation du travail, mais bien à un manque de dynamisme du côté patronal », indique Kris Vanautgaerden de la CSC. « Même dans une logique purement économique de développement du secteur, les mesures prises par le gouvernement pour flexibiliser le travail de nuit ne permettront pas de lui donner un coup de boost ». En fait, plusieurs entreprises d’e-commerce en Belgique fonctionnent avec succès, et ce dans le cadre réglementaire actuel. C’est le cas de Vanden Borre ou de Coolblue. Cette dernière emploie plus 750 personnes en Belgique, plus qu’à son dépôt central aux Pays-Bas. Colruyt a également conclu un accord sur le travail de nuit pour les commandes Collect and Go. Le cadre social actuel laisse donc suffisamment de marge.

Enfin, si un accord des syndicats est nécessaire pour autoriser le travail de nuit dans l’e-commerce, notons que les syndicats, dont la CSC, ne se sont jamais opposés à une négociation. Ce qui importe, c’est que des contreparties au travail de nuit soient trouvées, que ce soit en donnant des sursalaires, et en améliorant la sécurité et de la santé des travailleurs. Rappelons que le travail de nuit nuit gravement à la santé, et c’est pour ça que l’obligation de le négocier avec le syndicat est si importante.

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.