Pourquoi voter en novembre?

Les élections sociales sont un exercice démocratique important, tant pour les travailleurs que pour la CSC.

Avec 60.000 candidates et candidats dans plus de 7.000 entreprises et organisations, la CSC peut à juste titre se qualifier de syndicat représentatif. Les élections révèlent l'équilibre des pouvoirs entre les différents syndicats. Depuis des années, la CSC est le plus grand syndicat de Belgique.

En votant, vous déciderez qui défendra vos intérêts et vos droits pendant les quatre prochaines années via les organes consultatifs les plus importants de votre entreprise ou organisation: le comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) et le conseil d'entreprise (CE).

Les représentants syndicaux sont ainsi élus directement et démocratiquement. Dans le cadre du dialogue social, ils sont avant tout les porte-paroles de leurs collègues. Ils promeuvent le bien-être au travail et aident à mettre en place des lieux de travail plus sûrs, de meilleures conditions de travail, moins de stress et un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée.


La concertation sociale fait une grande différence!

On entend parfois dire que la concertation sociale dans les entreprises et organisations n'apporterait pas grand-chose. "Après tout, c'est l'employeur qui, au final, prend les décisions". C’est faux.

Les faits et les chiffres prouvent le contraire. La concertation fait la différence! La recherche scientifique le montre sur la base des comptes annuels et bilans officiels que les entreprises soumettent à la Banque nationale.

Dans les entreprises et organisations où il y a un dialogue social:
  • Le salaire moyen brut annuel est plus élevé d’environ 5.000 euros par rapport aux entreprises où les élections sociales n’ont pas lieu. Le personnel a beaucoup plus d’opportunités de suivre des formations. La différence se situe entre 10 et 30% dans certains secteurs!
  • Les emplois sont plus sûrs et les contrats de meilleure qualité (moins d’intérimaires, moins de contrats provisoires, moins de licenciements).
  • Il y a moins de différences entre les salaires des hommes et des femmes.
  • On accorde plus d'attention au bien-être au travail et il y a moins d'accidents du travail.
  • Enfin, on voit la différence entre les entreprises avec et sans dialogue social devant les tribunaux du travail. Plus de trois procédures judiciaires sur quatre entamées par la CSC à l’encontre d’employeurs concernaient des entreprises où il n’y avait aucune concertation sociale. Ce qui doit être tranché par le juge dans ces entreprises, l’est par le dialogue dans les entreprises où il y a des élections sociales. Cela va plus vite, et tout le monde y gagne.

    Personalization