Je m'affilie

Ecole syndicale

Que voulez-vous ?

Vous voulez continuer à vous impliquer, et vous impliquer davantage éventuellement, dans votre engagement syndical.  Pour cela, vous aimeriez bénéficier d’une formation dans laquelle vous pourriez associer votre développement personnel et votre implication dans un collectif de militant-es de tous les secteurs et de toutes les régions de Wallonie et de Bruxelles.

Pour cette formation, vous voulez qu’elle soit riche et rigoureuse, en lien étroit avec ce que vous vivez dans votre entreprise, et vous êtes prêt-e à y consacrer un peu de temps.

Que voulons-nous ?

Nous voulons former une nouvelle génération de militantes et de militants qui sera davantage capable et désireuse de prendre des responsabilités dans la CNE, au sein de Transcom, dans le syndicalisme et dans l’action collective en général.
« Former » signifie ici donner une formation (théorique et surtout pratique) et aussi « former un collectif », constituer dans la centrale, avec les groupes successifs et autour d’eux, un large collectif de militant-es motivé-es et fièr-es de leur organisation.

Il s’agit d’un projet structurel et ambitieux ; l’ambition du projet s’exprime par ses dimensions (environ 30 inscrit-es pour 5 années [2 modules de 2 ans plus 1 an], à raison de 21 journées de formation par an), par les moyens qui y sont affectés notamment en terme de soutien important que la CNE et Transcom apportent aux militant-es qui s’y engagent.

Le caractère structurel implique qu’un groupe nouveau démarre chaque année et cela depuis déjà 15 ans.

A qui s’adresse l’École Syndicale CNE - Transcom?

A des militantes et militants de la CNE et de Transcom, qui respectent suffisamment les 6 critères ci-dessous :

  • pouvant s’engager à y consacrer  une priorité suffisante ; 
  • exerçant un mandat syndical depuis plusieurs années ;
  • ayant terminé la formation initiale à l’exercice du mandat ; 
  • montrant une bonne capacité pour le travail en équipe, ou pour le moins un goût pour s’y essayer ; 
  • disposant d’un niveau minimal de maîtrise de l’écrit ; 
  • partageant une adhésion « de fond » - ce qui n’interdit pas l’esprit critique - au syndicalisme et au projet social de leur centrale.  

Ces critères ne doivent pas être interprétés de façon rigide : l’essentiel étant la volonté de s’impliquer davantage dans ses responsabilités syndicales, et de faire de cette formation une priorité, en accord avec son permanent et avec son équipe.  

Le comité de direction de l’École Syndicale examinera toutes les candidatures, en visant aussi à réaliser dans le groupe des équilibres nécessaires : entre secteurs, entre hommes et femmes, etc.  

Comment l’École Syndicale fonctionne-t-elle ?

La formation se donne pour l’essentiel durant les heures de travail ; tous les frais engagés par la formation sont couverts ; la libération se fait dans le régime du Congé-Éducation Payé et du crédit syndical.

Chaque année l’équivalent de 21 journées de formation sont organisées. Les cours se donnent à Namur. En dehors des journées de formation les participants sont invités à se réunir en sous-groupe (environ 2 heures) entre chaque séance de cours.

Le programme est conçu pour 4 années  plus une ; il est cependant subdivisé en deux cycles de 2 ans plus une année de méthodologie.  On peut donc s’inscrire pour 2 années, achever de façon satisfaisante ce premier cycle, puis choisir de continuer immédiatement ou bien de suspendre pour un an ou deux. La dernière année permet d’acquérir un brevet de l’enseignement supérieur.

Programme, méthode, formateurs :

Le programme est centré sur le renforcement de la compétence pratique à jouer son rôle de militant-e syndical-e, dans toutes les dimensions : l’entreprise, le secteur, la centrale, le mouvement syndical national et international.

Pour ce faire :

  • on développera la capacité d’analyse personnelle des participant-es
  • on développera la capacité d’organiser l’action collective
  • les méthodes mises en œuvre viseront à l’implication maximale des participants (travaux de groupe, aller-retour permanent entre l’action syndicale et l’analyse,  travaux personnels …).

Les formateurs viendront de plusieurs horizons : des formateurs extérieurs aux centrales syndicales et certain-es permanent-es assureront les cours essentiels tout au long de l’année ; des conférences ou ateliers ponctuels se feront avec des spécialistes invités ; des permanents et des militants syndicaux, de la CNE et de Transcom ou d’autres centrales, viendront témoigner, échanger et débattre avec les participant-es.  Le critère de base sera une connaissance réelle du monde syndical et de l’entreprise.

Le programme des premières années  comprend 6 formations, organisées chacune sur 6 à 8 demi-journées :

  1. méthode et communication : lecture & écriture, réunions et phénomènes de groupe…
  2. action collective : mandat, confiance & représentation
  3. économie de l’entreprise
  4. notions essentielles de droit social … et usage syndical du droit
  5. histoire du mouvement syndical
  6. sociologie du travail

Outre les périodes de travail en SOUS-GROUPES, qui constituent un dispositif essentiel d’apprentissage & d’entraide , les participants sont amenés à fournir un travail personnel qu’il faut estimer en moyenne à 2 heures par semaine.
Enfin, 3 ou 4 demi-journées sont consacrées au CONSEIL DE CLASSE, instance démocratique de gestion participative du projet, dans le cadre des objectifs généraux définis ci-dessus.

Contact Ecole syndical :

Pour la CNE :

Emmanuel Bonami - directeur Ecole syndicale : 0473 22 94 73

Florence Boisart - secrétariat Ecole syndicale : 067 88 91 93

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.