Congé pour soins d'accueil

Le travailleur qui accueille un enfant bénéficie de 6 jours par pour effectuer des missions liées au placement.

Le travailleur désigné comme parent d’accueil par le tribunal ou par un service de protection de la jeunesse a le droit de s’absenter du travail pendant 6 jours par an en vue d’accomplir des missions liées au placement.

Durée, forme et conditions

Le congé d’accueil est limité à 6 jours par an

La loi prévoit 6 jours par famille d'accueil et non pas par travailleur. Si la famille d'accueil est composée de deux travailleurs, qui ont tous les deux été désignés comme parent d’accueil, ils doivent répartir les 6 jours entre eux. 

La réglementation prévoit que vous pouvez prétendre au congé pour soins d’accueil pour : 

  • Des réunions avec les autorités judiciaires et administratives responsables de la famille d'accueil
  • Des contacts avec les parents ou avec des tiers qui sont importants pour l'enfant placé ou la personne placée
  • Des contacts avec le service de placement. 

Comment introduire la demande?

Si vous voulez prendre un congé d’accueil, vous devez avertir votre employeur deux semaines à l'avance. Si ce n'est pas possible, vous devez le faire au plus vite. 

Fournissez à votre employeur les documents nécessaires qui attestent que vous avez été désigné comme parent d’accueil et que vous avez une tâche déterminée à accomplir.

Introduisez la demande de congé d’accueil proprement dite par le biais d'un formulaire auprès de l’ONEm. C’est lui qui vous indemnisera. Votre employeur et vous-même devez chacun compéter une partie du formulaire.

Salaire et indemnité

Lors du congé d’accueil, votre salaire n’est pas payé par votre employeur. Vous recevez toutefois une indemnité d'interruption de l’ONEm, qui correspond à un montant forfaitaire par jour.

Pour plus d’informations sur le congé d’accueil, consultez le site internet de l’ONEm

Personalization