Primes et avantages extralégaux pour les intérimaires

En tant qu’intérimaire, vous avez droit à la prime de fin d’année et à la prime syndicale sous certaines conditions.

Prime de fin d’année

Tout comme la majorité des travailleurs des secteurs privés comme publics, vous avez droit à une prime de fin d’année.

Cette prime de fin d’année n’est pas payée par l’agence d’intérim, mais par votre centrale syndicale. Si vous n’êtes pas affilié au syndicat, le paiement se fera par le Fonds social pour les intérimaires.

Pour avoir droit à la prime de fin d’année 2018, vous devez totaliser, au cours de la période du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018, dans le régime de cinq jours de travail par semaine, au moins  65 jours, et au moins 78 jours dans le régime de six jours de travail par semaine.

Pour calculer le nombre de jours prestés, les jours de maladie pour lesquels l’intérimaire a bénéficié d’un salaire garanti, les jours de récupération payés suite à des heures supplémentaires ou à une réduction du temps de travail sont pris en compte. Les jours pour lesquels l’intérimaire a perçu des allocations de chômage (jours de travail non prestés à cause du chômage économique ou technique, ou du chômage de crise pour les employés) sont comptabilisés à raison de maximum 5 jours.

Etes-vous un travailleur intérimaire et remplissez-vous toutes les conditions d’octroi? Si oui, vous recevrez dans la première semaine du mois de décembre par courrier un document de prime. 

Pour recevoir le paiement de votre prime de fin d’année, signez le volet B du document de prime de fin d’année et renvoyez-le à la CSC. Vous pouvez également remettre le volet B au centre de services CSC le plus proche ou au délégué CSC de l’entreprise où vous travaillez.

La prime de fin d’année sera payée en décembre ou en janvier, en fonction de la vitesse du traitement. Pour les intérimaires non syndiqués, le paiement sera assuré par le Fonds social pour les intérimaires, à partir du mois de janvier.

Prime syndicale

En 2017, la prime syndicale s’élevait à 104 EUR. Cette prime est uniquement versée aux affiliés syndicaux. Elle compense partiellement le montant de vos cotisations syndicales.

Pour pouvoir prétendre à la prime syndicale 2018, il faut que vous ayez travaillé entre le 1er juillet et le 30 juin 2018, dans le régime de cinq jours de travail par semaine, au moins 65 jours de travail intérimaire (78 jours de travail dans le régime de six jours de travail par semaine), soit au moins 494 heures.

Seul le syndicat auquel vous êtes affilié peut vous payer votre prime syndicale.

Si vous remplissez les conditions d’octroi, vous recevrez par courrier dans la première semaine de décembre un document de prime.

Signez le volet B et remettez-le au délégué CSC de votre entreprise ou au centre de services CSC le plus proche de chez vous.

Chèques-repas et éco-chèques

Si l’entreprise utilisatrice où vous travaillez en tant qu’intérimaire accorde des chèques-repas à ses travailleurs permanents, vous y avez également droit, aux mêmes conditions que les travailleurs permanents.

Par exemple: si les travailleurs permanents bénéficient de chèques-repas après 4 mois d’ancienneté, les intérimaires peuvent également y prétendre. N’hésitez pas à vérifier auprès des responsables de votre entreprise si les travailleurs permanents se voient octroyer des chèques-repas.

La règle est identique en ce qui concerne les éco-chèques.

Prime de pension

Dans un certain nombre de secteurs, les intérimaires ont droit à une prime de pension complémentaire en plus du salaire brut. Le montant de la prime varie selon les secteurs.

N’hésitez pas à consulter le tableau des primes de pension par commission paritaire

Frais de déplacement

Les intérimaires ont droit à une indemnité en guise d’intervention de l’employeur dans leurs frais  de déplacement domicile-lieu de travail.
Est-ce qu’une CCT sectorielle ou d’entreprise concernant les frais de déplacement est en vigueur ? Si oui, elle est d’application en cas de travail intérimaire.

Si les travailleurs permanents bénéficient du système de tiers payant pour les transports en commun, ce même régime doit vous être accordé.

Un remboursement minimal de 80% du prix de l’abonnement est prévu lorsqu’on utilise les transports en commun.

Si l’entreprise où vous travaillez en intérim ne prévoit pas de CCT spécifique qui règle les frais de déplacement, la CCT relative aux travailleurs intérimaires est d’application. Dans ce cas, le remboursement des frais de déplacement s’impose, quelque soit le mode de transport et ce à partir d’une distance minimale (simple) de 2 kms.

Si l’employeur accorde une indemnité-vélo aux travailleurs permanents, vous y avez droit tout autant, pourvu que vous répondiez aux mêmes conditions que le personnel permanent. Pour pouvoir bénéficier du remboursement, il vous suffit de transmettre à l’agence d’intérim le nombre exact de kilomètres entre votre domicile et votre lieu de travail.

Prime de productivité et prime d’équipe

La prime de productivité est un bonus accordé aux travailleurs dans les entreprises où une convention collective de travail 90 a été conclue.  Le bonus est lié aux résultats de l’entreprise.  Les intérimaires ont droit à ce bonus (aussi appelé: les avantages non récurrents liés aux résultats) aux mêmes conditions que les travailleurs permanents. L’avantage est considéré comme de la rémunération par la loi.

Vous trouverez plus d’infos sur la prime de productivité sur le site du spf Emploi
Prime d’équipe: tout comme pour le travail de nuit et de dimanche, la prime d’équipe dépend du secteur ou de l’entreprise.

 

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.