La ministre De Block a publié les arrêtés royaux contestés par le personnel

Lors d’une réunion « de concertation » exigée par les syndicats la semaine passée, le cabinet de la ministre De Block avait confirmé son intention de publier deux arrêtés royaux très contestés.

L'intention de la ministre était en effet de tenir une réunion d'information sur deux arrêtés royaux pris dans le cadre des pouvoirs spéciaux :

Dans le premier arrêté, on donne la possibilité pour du personnel non infirmier d'exécuter des activités infirmières dans le cadre des institutions de soins. Mais les conditions de délégations de ces activités restent extrêmement peu claires en matière de responsabilité, tant pour le médecin ou l'infirmier qui aura délégué les soins que pour le personnel non infirmier qui prestera ces activités.  

Le second vise tout simplement à donner la possibilité de réquisitionner du personnel de santé en cas de nécessité dans le cadre de la crise covid-19. Incompréhensible alors que, d'une part, la courbe descendante laisse entrevoir la libération de nombreux professionnels affectés aux unités covid, et que d'autre part, même au plus haut de la crise, le volontarisme et la flexibilité du personnel ont permis de répondre aux besoins. Cela ressemble fort à un dispositif visant à culpabiliser ou menacer le personnel qui ne serait selon l'autorité pas suffisamment disponible pour être transféré dans d'autres services ou d'autres type d'institutions. 

Malgré nos mises en garde et nos demandes répétées, le cabinet a maintenu sa décision et a fait publier ces arrêtés le 04 mai, au risque de créer une vague de protestation  dans le personnel  au moins égale à celle des visites dans les maisons de repos. Manifestement, la leçon n'a pas été retenue. 

La dernière réunion avec le cabinet De Block datait du 23 mars. En tout et pour tout dans cette crise, la ministre aura rencontré deux fois les interlocuteurs sociaux du secteur de la santé, un secteur pourtant en première ligne, mis en difficulté à de nombreuses reprises et porté aux nues par l'opinion publique. 

Qu'en penser sinon que pour la ministre De Block et peut-être l'ensemble du gouvernement, le personnel des soins de santé reste un coût, une cause de déficit budgétaire avant d'être un moyen de créer du bien-être et de sauver la population.

Comme annoncé précédemment, la CNE lance donc une action de protestation. Faute de pouvoir manifester dans les rues, le personnel est appelé à se photographier avec des affiches de protestation et à les publier sur les réseaux sociaux sous le hashtag #onsensouviendra

Et nul doute que lorsque l’état de santé de notre société le permettra, ce personnel, comme tout le personnel du secteur Non marchand sera dans la rue pour dire : on se souvient ! C’est l’heure de régler les comptes ! ».

Personalization