Industrie alimentaire : accord sectoriel approuvé

La CSC a approuvé le projet d’accord sectoriel lors du conseil des délégués du 26 juin 2019. Les autres partenaires sociaux l’ont aussi approuvé. Le projet devient donc un accord définitif qui s’applique à l’ensemble des 60 000 ouvriers et employeurs de l’industrie alimentaire. Il a fallu des heures de négociations pour arriver à cet accord. L’accord prévoit des mesures pour tous les travailleurs, qu’ils soient jeunes ou proches d’une pension bien méritée. Le principe de base est la solidarité, permettant ainsi une réelle avancée pour les salaires minimums les plus bas.

L’accord détermine la façon dont on introduira l’augmentation salariale de 1,1% pour 2019 et 2020 dans le secteur. Il prévoit une augmentation forfaitaire des salaires minimums de 0,20 EUR par heure, ce qui revient à environ 32,93 EUR par mois. Pour ceux qui ont un salaire qui est au-dessus du salaire minimum, il y aura des négociations au sein de l’entreprise sur l’application de la marge de 1,1%. L’accord stipule que, s’il n’y a pas d’accord au sein de l’entreprise, les salaires réels augmenteront de 1,1%. L’augmentation salariale est donc également garantie pour les salaires plus élevés. L’accord prévoit en outre une augmentation des primes minimums et des indemnités sectorielles et une intervention plus élevée pour ceux qui vont au travail en vélo ou en transports publics. Les partenaires sociaux sont d’accord de ne pas appliquer le système des salaires de départ qui prévoit des salaires bruts inférieurs pour les jeunes.

Il y a aussi un vaste chapitre sur les initiatives qui peuvent être prises au sein des entreprises en matière de travail faisable. Dans les entreprises qui ont déjà conclu une CCT relative au travail faisable, cette CCT sera évaluée. Il faut regarder comment concrétiser les engagements, quelles sont les initiatives nécessaires. Dans les entreprises où il y a une délégation syndicale mais où on n’a pas encore conclu de CCT, il faudra le faire avant le 30/6/2020, sous peine de sanction. Nous prendrons plusieurs initiatives au niveau du secteur pour aider nos délégués et les employeurs à faire une avancée dans leur entreprise au cours des deux prochaines années. L’accord prévoit aussi la prolongation maximale des régimes de RCC et des emplois de fin de carrière. Le nombre de jours de fin de carrière est augmenté.

L’accord sera transformé en CCT afin de permettre l’application des différentes dispositions. A présent, c’est au tour des syndicats et employeurs dans les entreprises de négocier des accords d’entreprise, afin de peaufiner et améliorer les dispositions de l’accord sectoriel. Nous leur souhaitons plein succès !

Personalization