La proposition de médiation du gouvernement : un leurre pour les travailleurs !

Shutterstock

 

Le gouvernement fédéral continue d’imposer une marge salariale de 0,4% et de satisfaire les employeurs. Il est grand temps que la loi sur la norme salariale de 1996, durcie en 2017 et truffée de logiciels truqués, soit structurellement ajustée afin qu'un dialogue social équitable soit à nouveau possible.

La CSC bâtiment - industrie & énergie (CSCBIE) est déçue par la proposition de médiation du gouvernement qui n'offre aucune chance de progrès réel pour les travailleurs et touche également le droit à la libre négociation.

"Sans négociations sectorielles, plus de la moitié des travailleurs ne pourront pas bénéficier de la prime unique de maximum € 500 attribuée sous forme de chèques consommation. Seuls les travailleurs des entreprises qui ont performé et qui disposent d'une forte représentation syndicale pourront en bénéficier !", souligne Patrick Vandenberghe, président de la CSCBIE.

Le salaire minimum, qui n'a pas évolué depuis 2008 (hors index), n'est que vaguement mentionné dans la proposition de médiation. Celle-ci ne propose en effet aucun cadre minimal pour envisager un véritable progrès. C'est également le cas pour le dossier de fin de carrière.
 
Les travailleurs sont restés pleinement engagés durant la crise et ont continué à travailler malgré la pandémie. Ils méritent le respect, tant dans les grandes entreprises que dans les PME !

Sans changement de cap, des actions sectorielles semblent inévitables.

Personalization