La CSC-Transcom interpelle 37 bourgmestres

La presse, par la voix du porte-parole de la SNCB, a annoncé la diminution des heures/jours d’ouverture de certains guichets, et ce, dixit la Direction, à la demande des voyageurs qui optent pour la vente digitale (automate et internet) et non plus pour un service personnalisé, humain par un guichetier SNCB. Les voyageurs des 37 communes wallonnes auraient donc été consultés et auraient tous préférés le digital, tout comme les mêmes voyageurs, des mêmes gares en 2017 réclamaient à corps et à cris leurs automates et la fin des guichets ? Nous ne le croyons pas. C’est pour cela que nous interpellons les bourgmestres des communes impactées. Le service public est en péril, le service au public est en recul et nous voulons y mettre un terme. Le tout à la digitalisation a ses limites, pour le personnel et pour les voyageurs.

Le courrier qui suit a été envoyé ce matin à Mesdames et Messieurs les Bourgmestres :

Claude Erdekens (Andenne), Grégory Philippin (Ans), Mathieu Rossignol (Bertrix), Laurent Devin (Binche), Vincent Scourneau (Braine-L'Alleud), Maxime Daye (Braine-le-Comte), Daniel Vanderlick (Châtelet), Frédéric Deville (Ciney), Axel Tixhon (Dinant), Claudia Niessen (Eupen) Benoît Dispa (Gembloux) Véronique Léonard (Gouvy), Christophe Collignon (Huy), Jacqueline Galant (Jurbise), Jacques Gobert (La Louvière-Centre), Lucien Rawart (Leuze), Laurence Crucifix (Libramont, Julie Chantry (Louvain-la-Neuve), Pascal Tavier (Luttre), Serge Bodeux (Marbehan), Paul Magnette (Marchienne-au-Pont), Maurice Jennequin (Mariembourg), André Bouchat (Marloie), Nicolas Martin (Mons), Maxime Prévot (Namur), Pierre-Yves Dermagne (Rochefort-Jemelle), Daniel Olivier (Saint-Ghislain), Willy Demeyer (Liège Saint-Lambert), Sophie Delettre (Spa), Jean-Charles Luperto (Tamines), Michel Januth (Tubize), Muriel Targnion (Verviers-Central), François Culot (Virton), Viviane Dessart (Visé), Jacques Chabot (Waremme), Florence Reuter (Waterloo) et Jean-Luc Nix (Welkenraedt).


« Madame la Bourgmestre, Monsieur le Bourgmestre,

Mme Dutordoir annonçait fièrement en Commission Infrastructure de la Chambre que les cheminots étaient ses bijoux et qu'il fallait remettre l'usager au centre des préoccupations de l'entreprise. Malheureusement, dans les faits, nous constatons que la SNCB impose une nouvelle fois ses choix stratégiques aux usagers et aux travailleurs.
Où sont donc passés les bijoux ?
La seule chose qui importe est la rentabilité ! La qualité de service ne semble pas « être au centre des préoccupations ».

Comme elle l’a annoncé elle-même dans la presse hier, la direction SNCB « Marketing & Sales », direction responsable de la vente des billets de train, a décidé une fois de plus de réduire les heures / jours d’ouverture des guichets et donc le service rendu aux voyageurs de votre commune. Nous nous retrouvons à nouveau face à une déconsidération des besoins des usagers et du travail des agents commerciaux au nom de la rentabilité. Souvenez-vous, en 2017 déjà, la même direction décidait de diminuer les heures d’ouverture des guichets de 33 gares. 

Alors qu’il y a derrière chaque guichet, des femmes et des hommes qui travaillent avec la volonté chevillée au corps d’offrir le meilleur service possible, la direction avance aveuglément en réduisant l'offre commerciale au nom de la sacro-sainte digitalisation.

La direction affirme depuis des années (c’était exactement le même argument en 2017) que c’est le choix de l’usager que de s'orienter vers des canaux de distribution alternatifs tels que les automates et la vente sur internet. Et que c’est ce choix qui pousse la direction à prendre de telles mesures de suppression de prestations du personnel dans la gare de votre commune. Est-ce réellement le choix des habitants de votre commune ? Ont-ils été consultés sur le sujet ? La réponse est Non ! C'est le choix de l'entreprise, comme cela l’a toujours été et ce depuis des années. 

Nous espérons que vous prendrez conscience que cette diminution de l'offre aura un impact considérable sur l'attractivité de la gare située dans votre commune. Si pour certains le recours aux automates ne pose pas de problèmes, d’autres regrettent amèrement les conseils du personnel, l’accueil, l’information et le service qu’une machine ne peut leur offrir. Certains éprouvent même des difficultés vis-à-vis de ces outils informatiques.

En région Wallonne, les 37 gares visées par des diminutions d’heures ou de jours d’ouverture des guichets sont :

Andenne, Ans, Bertrix, Gembloux, Braine-le-Comte, Rochefort-Jemelle, Dinant, Marloie, Namur, Libramont, Mariembourg, Eupen, Louvain-la-Neuve, Gouvy, Virton, Ciney, Braine-L'Alleud, Jurbise, Leuze, Spa, Visé, Waterloo, Welkenraedt, Marbehan, Binche, Châtelet, Huy, La Louvière-Centre, Luttre, Marchienne-au-Pont, Mons, Saint-Ghislain, Liège Saint-Lambert, Tamines, Tubize, Verviers-Central et Waremme.

La gare de Zaventem est concernée pour la Région Bruxelloise et 44 gares sont impactées en Flandre.

Les gares déjà impactées en 2017 et qui se retrouvent à nouveau dans cette liste sont : Rochefort-Jemelle, Spa, Visé. Binche, Tubize, Welkenraedt, Ciney, Dinant, Libramont et Luttre. 

Nous espérons obtenir votre soutien afin de raisonner la Direction SNCB pour qu’elle maintienne l'activité commerciale intacte au sein de votre commune. 

En espérant que vous aurez à cœur de vous investir dans cette démarche, nous vous prions de recevoir, Madame, Monsieur, nos salutations les plus distinguées. »

 

Personalization