Chèque consommation pour le seul personnel soignant

On ne demande pas une récompense pour quelques-uns.
Nous voulons des réponses structurelles au malaise du secteur Non Marchand !

Le vote par le Parlement fédéral d’une prime unique défiscalisée et sans cotisations sociales est, pour le Front Commun syndical, une erreur stratégique majeure.

Personne ne conteste le fait que les professionnels de santé, et particulièrement les infirmières,  ont été méritants dans la gestion de la crise, comme bien d’autres professionnels.

Tout d’abord, on ne peut pas admettre que sur un thème comme celui-là, les partis n’aient pas consulté les interlocuteurs sociaux du secteur. 

D’autant que depuis quelques semaines, en réponse à la mobilisation du secteur (on se rappelle des dos tournés), une concertation a été entamée : la volonté réaffirmée par Maggie De Block à la Chambre et par les négociateurs gouvernementaux  (cabinets De Block, Muylle et Clarinval) est d’arriver à un accord validé par le Parlement avant le 21 juillet.

Pas un accord sur des cacahuètes, mais bien la volonté partagée par les interlocuteurs sociaux, d’obtenir des réponses ambitieuses et structurelles aux besoins légitimes du secteur : revalorisation salariale, amélioration des conditions de travail, attractivité et tenabilité (tout au long de la carrière) des professions.

Nous dénonçons aussi que pour un secteur qui dépend de la solidité de la Sécurité sociale, on utilise des mécanismes évitant à la fois les cotisations sociales et l’impôt. Il nous semblait pourtant que dans cette crise, les mécanismes de solidarité tels que la Sécurité sociale, avaient constitué un véritable filet de protection pour la population. Comment peut-on à la fois réclamer le refinancement des Soins de santé, et participer à son sous-financement ?

Personalization