Je m'affilie

Vaccination 

©unsplash

Quelle place pour les personnels de l'enseignement dans la stratégie de vaccination contre la Covid-19?

Dans sa stratégie de vaccination pour éradiquer la circulation de la Covid-19, le gouvernement a définit l’ordre de priorité des vaccinations.

Groupes prioritaires
  1. Les résidents et le personnel des établissements d’hébergement pour personnes âgées, suivis des institutions collectives de soins.
  2. Les professionnels de soins de santé au sein des hôpitaux et les professionnels d’aide et de soins de santé œuvrant en première ligne.
  3. Les autres membres du personnel des hôpitaux et des services de santé.
  4. Les personnes âgées de 65 ans et plus, soit indistinctement, soit par catégories d’âge descendantes selon la disponibilité des vaccins.
  5. Les personnes de 45-65 ans avec des comorbidités spécifiques.
  6. Les personnes exerçant des fonctions sociales et/ou économiques essentielles, selon des critères qui seront définis plus précisément.

C’est donc dans ce sixième et dernier groupe prioritaire que les personnels de l’enseignement pourraient se retrouver. Tous les acteurs de l’enseignement, ministres en tête, demandent que cela soit le cas.

Pour quelles raisons, espérons-nous et insistons-nous fortement pour que les personnels de l'enseignement fassent partie de ce 6ème groupe? 

On sait que les écoles font partie des activités qui seraient fermées en dernier recours, et cela pour des raisons sociales, économiques et pédagogiques. 

L’expérience vécue au moment de la fermeture des écoles lors du premier confinement et le recours actuel à l’enseignement hybride ont mis en évidence toutes les difficultés que cela engendrait.

Si aujourd’hui, beaucoup d’indicateurs confirment que les écoles ne sont pas le moteur de la propagation du virus, il est cependant évident que le fonctionnement des écoles entraîne un nombre important de déplacements dans les transports en commun et une multiplication des contacts, y compris entre adultes (personnels de l’enseignement, parents, …). L’important effet de la prolongation de la suspension des cours lors du congé de Toussaint est d’ailleurs très clair à ce sujet.

Sur le plan économique

Pendant le confinement, les parents travailleurs ont connu des difficultés parfois insurmontables pour concilier leur vie professionnelle avec leurs obligations parentales en présence des enfants qui nécessitaient une grande attention dans un contexte très déstabilisant. Beaucoup de parents se sont rendu compte de la difficulté d’assurer l’acquisition d’apprentissages, même pour leurs seuls enfants. Ils ont perçu la nécessité d’avoir des professionnels pour enseigner!

Sur le plan social

Le confinement a contribué de manière importante à l’augmentation des tensions et des violences au sein des familles.

L’enseignement à distance et l’hybridation ont pour conséquence, à tous les niveaux (y compris bien sûr dans l’enseignement supérieur (Hautes Ecoles, Ecoles supérieures artistiques et Universités), d’aggraver:

  • le phénomène du décrochage. Des jeunes perdent le contact structurant avec l’école et sont laissés à eux-mêmes. Les conséquences à moyen et à long termes pourraient être lourdes;
  • les inégalités. On sait que les élèves des milieux plus favorisés auront généralement plus d’aide de leur famille. Pour les enfants de milieux défavorisés, les contraintes liées à l’enseignement à distance ou hybride sont souvent impossibles à rencontrer: un lieu tranquille pour travailler, du matériel informatique, une connexion suffisante, le soutien familial;
  • les retards d’apprentissage. Malgré tous les efforts des enseignants, l’impact sur les apprentissages est de plus en plus évident et particulièrement inquiétant pour les jeunes proches de la fin de leur cursus scolaire.

Sur le plan pédagogique

Tous les acteurs s’accordent à constater que rien ne vaut le contact direct avec les élèves/étudiants en classe. C’est d’ailleurs une des leçons à tirer de toute cette crise au niveau de l’enseignement.

 

Vous pourrez retrouver cet article dans le CSC-EDUC 146 du mois de février 2021

More Info

CA 7923 du 20/01/2020Covid-19 - Vaccination - Phase 1a - information aux publics concernés

Catégories d’élèves concernées, en ce que les stages se déroulent dans le milieu des soins de santé :

- 4ème degré complémentaire: infirmier.ère breveté·e

- 3ème degré de l’enseignement secondaire au sein des OBG suivantes:Aide-soignant.e, Aide-familial.e et Aspirant.e en nursing
Catégories de membres du personnel suivantes sont concernées:

- Les membres du personnel qui assurent l’encadrement pédagogique des élèves précités pendant leur stage

- Les  membres du personnel qui se rendent dans des structures de soins dans le cadre de l’enseignement spécialisé de type-5

- Les membres du personnel des homes d’accueil permanent

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.