À propos de nous
cbe7cd00-578b-4dda-bb0d-ea8c9ef9007c
https://www.lacsc.be/csc-bruxelles/à-propos-de-nous
false
Actualités
af9fef67-e7c2-4915-8fd6-538a3b18f146
https://www.lacsc.be/csc-bruxelles/csc-bruxelles/actualitésnews
false
Campagnes
37759e0c-9816-4afa-a82c-dad17f888ec3
https://www.lacsc.be/csc-bruxelles/csc-bruxelles/campagnes
false
Formations
93b11b5d-82ae-451b-bc2d-93270d853653
https://www.lacsc.be/csc-bruxelles/formations
true
Nos champs d'action et groupes spécifiques
0fe5d293-bc1f-4bcf-86fd-d73621cba718
https://www.lacsc.be/csc-bruxelles/csc-bruxelles/nos-champs-daction
true
S'engager
78432918-b75b-4c53-987e-8cab009a7fb0
https://www.lacsc.be/csc-bruxelles/csc-bruxelles/s'engager
true
Je m'affilie

AIP: grève nationale ce 29 mars

Ce lundi 29 mars, les travailleuses/travailleurs ainsi que leurs représentants syndicaux se mobiliseront et feront grève pour obtenir une augmentation salariale décente et respectueuse pour les deux années à venir. Aujourd'hui, seule une misérable proposition de 0.4% est sur la table. L'équivalent de 2 brioches de pains par mois. C'est inacceptable.

« Je n’ai jamais vécu de période aussi intense ! Nous méritons une compensation pour ces efforts.» témoigne Liselotte, travailleuse chez Lidl. « Avec moins de 14€ bruts/heure, c’est dire à tes enfants qu’ils devront attendre le mois prochain pour pouvoir s’acheter un nouveau vêtement. » explique Amandine, travailleuse dans les Titres Services.(Lire les témoignages complets ici

Un an après le début de la crise sanitaire, beaucoup ont travaillé d'arrache-pied, bravant souvent le danger d'être touché par le virus au travail. Beaucoup ont également perdu une part ou l'entièreté de leurs revenus, en étant forcé de se mettre au chômage temporaire, si pas au chômage tout court.

Si certaines entreprises ont subi et subissent toujours la crise de plein fouet, d'autres se portent on ne peut mieux et ont versé de très généreux dividendes (3 milliards chez Bayer) à leurs actionnaires.

Refusant de reconnaitre cette réalité, le gouvernement et les employeurs refusent toute augmentation de salaire de plus de 0,4% bruts pour les deux années à venir. Soit 6€ bruts par mois pour Amandine et les autres personnes au salaire minimum. 

Les travailleuses et travailleurs, avec et sans emploi méritent le respect ! 

Les représentant.e.s des travailleurs et travailleuses CSC veulent un accord interprofessionnel (AIP) pour 2021 et 2022 qui bénéficie à toutes et tous en améliorant nos conditions de travail.

Nous continuons à demander la modification de la loi sur la norme salariale et un accord digne de ce nom:
•    Une marge indicative pour l’augmentation des salaires.
•    Une augmentation substantielle du salaire minimum et des bas salaires.

•    Des accords significatifs pour des carrières soutenables et des fins de carrière viables.

La mobilisation du 29 mars est l'occasion de montrer son soutien à la volonté de valoriser le travail des travailleurs et travailleuses, ainsi qu'à la volonté de sortir les allocataires sociaux de la précarité.

Que pouvez-vous faire ? 

1. Comprendre et faire comprendre : 

Comme travailleur sans emploi, êtes-vous concernés ? Cette Loi de 1996, c’est quoi ? Vu la crise, est-ce raisonnable de demander des augmentations de salaires ?

Pour répondre à toutes ces questions, nous vous invitons à regarder cette courte vidéo, ainsi que notre « Gazette  des salaires ».

N’hésitez pas à les diffuser à vos proches et vos collègues.

 

2. Vous mobiliser : 

- Vous voulez vous mettre en grève ? Envoyer un mail à votre syndicat et votre employeur pour les prévenir. 

- Vous voulez marquer votre soutien ? Prenez une photo depuis chez-vous en montrant votre poche vide et/ou votre portefeuille vide. Postez-la sur les réseaux sociaux avec les hashtags suivants et/ou envoyez-la nous avec le message suivant « Pour 0,4%, je reste à la maison ». 

Retrouvez toutes les photos sur nos pages Facebook et Instagram avec les hashtags #AIP2021 #LestravailleursMeritentLeRespect #29mars 


Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons défendre nos droits !
Votre fédération sur les réseaux sociaux

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.