Autogrill.....et après à qui le tour à l’Aéroport de Zaventem?

L’annonce est tombée, Autogrill à l’intention de licencier 168 collaborateurs avec un contrat de travail à durée indéterminée (CDI). Cette annonce a fait l’effet d’une bombe à retardement car Autogrill s’était déjà séparé, à l’aéroport de Zaventem, de plus de 100 collaborateurs (contrat à durée déterminé) depuis le mois de mars 2020.

Autogrill s’est une multitude d’enseignes dans le pays : Starbucks, Etablissements sur les autoroutes, Exki Auto Brugge, CaresQuick, KFC (Bruxelles Nord) et enseignes de la restauration à l’aéroport de Zaventem. Ces dernières semblent être les plus impactées par la restructuration annoncée. En 2019, l’aéroport a généré 153 millions d’euros de chiffre d’affaire pour Autogrill. Depuis, le Covid 19 est passé par là et les déplacements se sont fait de plus en plus rares à l’Aéroport de Zaventem provoquant une mise en chômage temporaire corona pour l’ensemble des collaborateurs.

La phase 1 d’information et de communication est toujours en cours à l’heure où parait ce communiqué. L’équipe syndicale tente de chercher toutes les alternatives possibles pour réduire au maximum cette catastrophe économique, sociale, humaine qui pend au nez des travailleurs. Un appel en front commun syndical est lancé vers les autorités fédérales de notre pays pour sauver les travailleurs de l’Horeca qui sont particulièrement victimes des conséquences économiques et sociales provoquées par le Covid 19.

Le chômage temporaire se poursuit à l’Aéroport de Zaventem depuis 11 mois maintenant sans interruption. Les travailleurs de l’Horeca sont les premières victimes collatérales de restructurations ; restructurations qui attendent d’autres secteurs de l’aéroport de Zaventem si nos autorités n’y prête pas une attention toute particulière. Il y a quelques mois, les pouvoirs publics belges ont octroyé un prêt de 290 millions pour aider Brussels Airlines à surmonter la Crise du Covid 19. Il est urgent de faire de même pour toutes les entreprises occupées à l’Aéroport de Zaventem. Autogrill risque de suivre si les autorités fédérales restent sourdes et acceptent sciemment le fléau économique, social, humain que les victimes collatérales appelées « travailleurs » devront supporter.

Personalization