Journée du nettoyage - Un torchon accroché aux portes en signe de respect pour les travailleurs du secteur du nettoyage

Accrochez un torchon à votre porte ou fenêtre le vendredi 19 juin pour témoigner votre reconnaissance aux plus de 200.000 travailleurs du secteur du nettoyage que compte notre pays.  C’est l’appel que lance la CSC Alimentation et Services à l’occasion de la 13ème édition de la Journée du Nettoyage.  Le personnel de nettoyage assume en effet un rôle-clé dans la lutte contre la propagation du COVID-19.  

Le 19 juin, la CSC Alimentation et Services mettra le personnel de nettoyage à l’honneur pour le travail pénible qu’ils effectuent quotidiennement. L’activité de nettoyage, d’ordinaire intense, a été rendue plus pénible encore pendant la crise du coronavirus. Selon Gaëtan Stas, Secrétaire général de la CSC Alimentation et Services, ‘la situation varie d’un secteur à l’autre’.  ‘Dans certains secteurs, tels que l’Horeca, les travailleurs ont été mis en chômage temporaire.  Les travailleurs titres-services ont également vécu des mois difficiles.  Ils pouvaient continuer à travailler mais étaient confrontés à la crainte de la contamination ou à celle de contaminer leur clients.  Les travailleurs du secteur doivent à présent tenir compte de consignes de nettoyage beaucoup plus strictes, notamment dans les écoles, les bureaux et les hôpitaux.  Les produits de nettoyage utilisés (tels l’eau de javel et l’ammoniaque) sont beaucoup plus agressifs, avec toutes les conséquences qui s’ensuivent pour la santé.  A cela s’ajoute le fait que les travailleurs du secteur du nettoyage sont parfaitement conscients du rôle crucial qui est le leur dans la lutte contre la pandémie.  Cette responsabilité pèse lourdement sur leurs épaules.”

Davantage de reconnaissance = un meilleur salaire ?

La crise du coronavirus a heureusement connu dans l’intervalle un dénouement favorable.  Le personnel de nettoyage est devenu à l’heure actuelle indispensable et a dès lors droit à une juste et meilleure reconnaissance. “Un simple geste – un dessin pour le nettoyeur/la nettoyeuse, un message de remerciement sur une benne à ordures, … – font certes plaisir.  Mais cette reconnaissance symbolique ne s’est pas encore traduite par une augmentation de salaire.  Malgré le rôle important que jouent les travailleurs du secteur du nettoyage et la pénibilité de leur travail, leur salaire moyen brut est peu élevé.  Les travailleurs titres-services ayant 2 ans d’ancienneté gagent en moyenne 2.131 euros brut par mois, un salaire très inférieur au salaire moyen brut en Belgique qui s’établit à 3.558 euros.  La disproportion est naturellement encore plus manifeste lorsque ce salaire est comparé à celui d’un haut dirigeant.  Le salaire des travailleurs du secteur du nettoyage est 10 fois moins élevé que le salaire moyen d’un haut dirigeant.  Cela, sans tenir compte du fait que le personnel de nettoyage travaille rarement à temps plein, ce qui signifie que leur salaire réel est encore bien plus bas.” La CSC Alimentation et Services affirme que la société doit accepter que ces métiers essentiels valent plus que le maigre salaire auquel ils ont aujourd’hui droit… Est-il logique que ces travailleurs gagnent 10 fois moins qu’un topmanager ?  La crise que nous venons de traverser a montré que nous avions avant tout besoin du personnel de nettoyage, bien plus que des topmanagers !  La « nouvelle » société tant voulue pendant la crise aura-t-elle pour principe que les clients, privés, institutionnels ou entreprises acceptent de payer les prestations du personnel de nettoyage à la hauteur du caractère essentiel de leur métier ?


Personalization