Un accord dans le gardiennage

On ne peut pas qualifier ces négociations de long fleuve tranquille mais on y est finalement arrivés : les délégués du secteur ont approuvé – du bout des lèvres - le projet d’accord ce mercredi 6 novembre.

L’accord dans les grandes lignes :

Pouvoir d’achat
  • + 1,1% sur les salaires minimums et les salaires réellement payés à partir du 1er janvier 2020
  • primes de samedi, dimanche et jours fériés calculées sur le salaire réellement payé et plus sur le salaire SB (la prime de nuit reste fixée à 22,5% du salaire SB) à partir de janvier 2020
  • prime de samedi portée à 18% (+ 3%) et prime de dimanche portée à 23% (+ 3%)
  • paiement d’écochèques pour un montant de 200 EUR (sur base d’un temps plein) en janvier 2020
Volet qualitatif
  • intervention dans les frais médicaux organisée par le biais du Fonds social (objectif approximatif : maximum 60 EUR par travailleur et par an) à partir de janvier 2020
  • pour les travailleurs âgés à partir du 1er janvier 2020
    • Jour de fin de carrière supplémentaire à partir de 60 ans (moyennant 10 ans d’ancienneté)
    • 1 WE libre supplémentaire à partir de 55 ans – 2 WE libres supplémentaires à partir de 60 ans
    • RCC : prolongation des CCT longue carrière et métiers lourds jusqu’au maximum légal (30 juin 2021)
    • Prolongation du crédit-temps de fin de carrière (55 ans à 1/5ème temps – 57 ans à ½ temps) jusque fin 2020
  • biorythme : organisation d’un groupe de travail chargé de minimaliser l’influence négative de la planification sur le biorythme
  • chômage économique : organisation d’un groupe de travail chargé d’évaluer la CCT
  • code de conduite : le principe de spécialité prévu par la loi sur la sécurité privée (qui n’autorise pas les entreprises de gardiennage à offrir d’autres services que ceux qui sont liés à la sécurité) sera repris dans les contrats commerciaux et dans une CCT dont le contenu sera discuté au sein d’un groupe de travail
  • plan cafétaria : un groupe de travail sera organisé pour examiner les possibilités d’instaurer un plan cafétaria pour les travailleurs du secteur.
Mobilité
  • les indemnités pour les missions spéciales, rappels urgents, missions successives, rappels hors planning, pool flexible et déplacements de service sont portés de 0,25 EUR par km à 0,30 EUR par km à partir du 1er janvier 2020 (pas d’application pour le port d’Anvers : il s’agit de frais de déplacement domicile-lieu de travail, imposables).
  • L’indemnité vélo est portée à 0,24 EUR et sera adaptée automatiquement au montant maximal autorisé.

Toutes ces dispositions seront détaillées dans un flash qui paraîtra courant du mois de novembre.

 

Personalization