CNE
Ma carrière
bab449ae-2477-46b3-8fca-27c4c5741bd6
https://www.lacsc.be/ma-carriere
true
Actualité
59ea6a04-d5cb-49bb-86bf-262457cb04b8
https://www.lacsc.be/actualite
true
Services
c7cddb17-187f-45c2-a0e2-74c299b8792b
https://www.lacsc.be/services
true
Affiliation
abbb02d8-43dd-44b5-ae75-3cd90f78f043
https://www.lacsc.be/affiliation
true
La CSC
c62ac78b-1aa2-4cb9-a33b-59e6fc085fb4
https://www.lacsc.be/la-csc
true
Contact
7f7bdd4f-c079-401e-a1bf-da73e54f00c2
https://www.lacsc.be/contactez-nous/pagecontact
false
Je m'affilie

Pensions : où en sommes-nous ?

 

Dans le flot d’informations contradictoires de ces derniers jours, il est difficile de savoir où en sont vraiment les réformes des pensions voulues par le gouvernement. Tentons ici de répondre à trois questions simples : que voulons-nous ? Où en sommes-nous ? Qu’allons-nous faire ?

QUE VOULONS-NOUS ?

Nous voulons, pour toutes et tous, le droit à une vie digne après le travail. Cela suppose de pouvoir ralentir et s’arrêter à temps, avant d’être invalide ou épuisé, et de disposer d’une pension sûre et suffisante, bien au-dessus du seuil de pauvreté.
 Aucune pension ne devrait être inférieure à 1.500€ par mois ; et cette pension doit venir de la Sécu, et non pas des formules privées « complémentaires » qui ne sont, par définition, que des compléments réservés aux plus fortunés. Est-ce possible, budgétairement parlant ? La réponse (oui !) est développée en page 11.

 

OU EN SOMMES-NOUS ?

Ce gouvernement a pris très rapidement, sans concertation avec personne, plusieurs mesures très négatives : en relevant l’âge légal de la pension à 67 ans et en rendant quasiment impossible les départs anticipés, il prolonge nos carrières de 2 à 7 ans. Il a également pris des mesures qui diminuent le montant de nos futures pensions (saut d’index : 2% de revenus perdus pour toute la vie ; moindre assimilations de périodes d’arrêt, etc.).

 Il avait sur l’établi deux autres grands chantiers : le passage à un système de pensions « à points » et une discussion sur les « métiers pénibles » pour qui on compenserait (en partie ?) l’important allongement des carrières.
 Sur la « pension à points », on peut se réjouir que nos mobilisations (par exemple la manifestation massive de ce 16 mai – cfr p.5) ont fait reculer Daniel « Bas-de-Laine » : il est clair que les travailleurs et travailleuses veulent une pension sûre en Euros, pas une pochette-surprise en « points ». C’est une victoire importante – même si on sait que le prochain gouvernement, s’il est formé par le MR et la N-VA, voudra réattaquer.

 Sur la pénibilité, c’est le cirque complet. Le Ministre a discuté durant 6 mois avec les syndicats des secteurs publics pour arriver à un projet d’accord avec une partie des syndicats. D. Bacquelaine espérait ensuite imposer, en quelques semaines, un système identique au secteur privé. Il est tombé sur deux os ! D’un côté, l’ensemble des syndicats a refusé le cadre qu’il voulait imposer. Négocier une vraie reconnaissance de la pénibilité, oui ; se partager des miettes dans un simulacre de concertation : non ! (lire l’encadré).
 D’un autre côté, la N-VA a sèchement désavoué le Ministre des Pensions : ce qu’il a négocié durant 6 mois « n’engage que lui ». Une fois de plus, on constate que Charles Michel a (sans le vouloir !) tenu parole quand il jurait, en 2014, de ne « jamais gouverner avec la N-VA ». De fait, il ne gouverne rien du tout, et la N-VA décide de tout toute seule. Sur la reconnaissance des métiers pénibles, on est donc dans le flou le plus complet.

 

QU’ALLONS-NOUS FAIRE ?

Nous devons montrer à ce gouvernement que nous n’entrerons pas dans le piège d’une discussion technique sur des mini-critères de pénibilité. Pour défendre et reconquérir un système de pension digne de ce nom, nous allons continuer à vous informer des conséquences réelles des projets du gouvernement. Et nous referons appel à vous, à la rentrée, pour une mobilisation très massive si ce gouvernement ne fait pas un demi-tour complet !

 Les pensions sont financées par des cotisations sur nos salaires : elles sont à nous ! C’est un élément essentiel de notre vivre ensemble. Ce gouvernement n’en fera pas un jouet pour ses caprices budgétaires !

 

 

Felipe Van Keirsbilck,
 Secrétaire général

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre politique vie privée.