Pensions : Dégâts imminents

 

Le gouvernement met la dernière touche à certaines mesures en matière de pension. Rares sont ceux qui échapperont aux dégâts.

 

LES PERIODES ASSIMILEES

Le gouvernement a déjà réduit les montants de la future pension des travailleurs ayant entamé un crédit-temps de fin de carrière après le 1er janvier 2015. Bientôt, il adoptera un arrêté royal qui réduit aussi les montants d’une série de prépensionnés, ceux entrés en RCC depuis le 1er janvier 2017, sauf en cas de métier lourd ou de restructuration. Enfin, le gouvernement pénalisera prochainement celles et ceux qui comptent une période de chômage supérieure à une année1.

Des exceptions existent pour les chômeurs de plus de 50 ans. Certains partis de la majorité gouvernementale ont parlé de les supprimer. Manifestement, notre campagne de protestation a permis de maintenir ces exceptions. Mieux vaut attendre que l’arrêté royal soit adopté pour le croire. Ces exceptions ne retirent rien aux dégâts que causeront ces réformes. Les périodes assimilées protègent les très nombreux bénéficiaires de crédit-temps ainsi que les publics en RCC ou au chômage. Demain, tous celles et ceux qui connaissent des périodes d’inoccupation seront pénalisés. Ce qui est d’autant plus injuste que le gouvernement ne propose aucune solution pour créer de l’emploi de qualité, éviter les restructurations ou lutter contre le chômage de masse.

 

L’UNITE DE CARRIERE2

Actuellement, vos droits à la pension sont calculés sur base de 45 années de carrière. Pour celles et ceux qui totalisent plus de 45 années de carrière, le calcul retient les 45 années les mieux rémunérées. Une loi actuellement à l’étude au Parlement prévoit de changer ce système. En cas d’inactivité (un RCC par exemple), le montant de pension pour une carrière de plus de 45 années ne serait plus calculé en référence aux 45 meilleures années. Il serait calculé en référence aux seules années prestées.

Une perte substantielle pour celles et ceux qui totalisent plus de 45 années de carrière, avec quelques périodes de chômage ou RCC. Cette réforme témoigne des orientations du gouvernement. Ce dernier entend sanctionner toute période d’inactivité. Même pour celles et ceux qui ont de très longues carrières et sont victimes en fin de parcours de licenciement (le plus souvent en raison de restructurations).

 

LE RELEVEMENT DU PLAFOND DE REVENUS

Le montant de la pension est calculé en fonction des revenus plafonnés (54.648,7€ bruts en 2016). Tout ce qui dépasse ce plafond ne compte donc plus pour déterminer le montant de la pension. Pour 2017, le gouvernement a décidé d’augmenter ce plafond de 1,7%.

Il a précisé que la mesure devait être budgétairement neutre. C’est pourquoi, le coût de ce cadeau aux plus hauts revenus est compensé par les attaques évoquées ci-dessus contre les chômeurs, les RCC et les plus petites pensions. Ainsi, les petites pensions et les plus précaires payeront ce cadeau aux plus hauts revenus.

 

 

Michaël Maira


1 et 2 : Pour plus de détails concernant ces mesures : « Pensions : les mauvais calculs du gouvernement »

Métiers pénibles et pension à points : pas pour demain
Gouvernement et interlocuteurs sociaux ne se sont pas accordés quant à un régime plus favorable en matière de pension, en cas de métier pénible. Par ailleurs, suite aux mobilisations, le gouvernement a renoncé à présenter son système de pension à points pour 2019. Le gouvernement indique vouloir poursuivre les discussions en ces matières, sans préciser d’agenda. Les syndicats s’opposeront à tout passage en force sur ces deux dossiers importants.

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.