Je m'affilie

Emmanuel Macron : Une audace en trompe l’oeil

 

Emmanuel Macron a donc battu Marine Le Pen à l’élection présidentielle française. Ce succès flamboyant ne doit pas cacher les limites de son projet. Celui-ci poursuit dans la voie néolibérale et ne paraît pas en mesure de recréer de l’espoir, ni en France, ni en Europe. En se basant sur le programme officiel du candidat Macron, on peut résumer son projet en trois mots : austérité, compétitivité et libre-échange.


Austérité

Emmanuel Macron annonce qu’il réduira le déficit public et respectera les règles budgétaires européennes. « Il n’y a pas de politique qui vaille sans responsabilité budgétaire », dit-il dans son programme.

Contrairement à F. Hollande, qui l’avait annoncé mais pas fait, Macron n’annonce pas de renégociation des règles budgétaires européennes. Dans le même temps, il promet de baisser la fiscalité. L’impôt des sociétés sera baissé de 33,3% à 25% et l’impôt sur la fortune sera modifié, en exonérant les actions et les obligations détenues par les plus riches. 

Macron annonce aussi des baisses de cotisations patronales pour doper les entreprises. Baisses des recettes de l’Etat et engagement à respecter l’équilibre budgétaire : l’ajustement se fera donc sur les dépenses publiques. Macron annonce qu’il les diminuera de 2,7 points de PIB sur cinq ans, et notamment qu’il supprimera 120.000 emplois dans la fonction publique.

 

Compétitivité

Macron entend lutter contre le chômage en diminuant le coût du travail.

Le président a beau être jeune, la vision qu’il porte est très datée : 
c’est celle de la « compétitivité » qui échoue depuis trente ans à restaurer le plein-emploi. Le nouveau président s’apprête donc à arroser les entreprises de nouvelles baisses de cotisations sociales, en prétendant comme notre gouvernement que cela produira des « effets retour » et ne déséquilibrera pas le budget de l’Etat. Le développement de la flexibilité du travail est une autre proposition que partage Macron avec notre gouvernement. Il veut promouvoir les heures supplémentaires en les exonérant du versement des cotisations sociales.

Il veut aussi permettre de négocier au niveau des entreprises des accords qui font passer le temps de travail au-delà de la durée légale ou sectorielle. Pour ce faire, il n’hésitera pas à contourner les syndicats en permettant aux travailleurs de s’exprimer par référendum d’entreprise sur des propositions d’allongement du temps de travail. En ce qui concerne la sécurité sociale, Macron promet de ne pas toucher à l’âge légal de la pension ni à leur niveau. En revanche, il introduira un système de pension à points comme l’envisage notre gouvernement.

 

Libre-échange

Parmi tous les candidats à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron est celui qui est le plus favorable au libre-échange et à la poursuite de la mondialisation déréglementée que nous connaissons actuellement. Un des moteurs de cette mondialisation est constitué par les accords commerciaux actuels (CETA, TTIP…). L’élection de Macron est donc une mauvaise nouvelle pour tous les opposants à ces accords.

 En somme, et contrairement à l’image que s’est forgée le jeune président, le programme de Macron est très peu audacieux. L’austérité, la compétitivité, le libre-échange, ce sont les recettes que les gouvernements appliquent depuis trente ans et qui ont mené l’UE à son impasse actuelle. La véritable audace ne se résume pas à créer un nouveau mouvement politique, mais à affronter les pouvoirs qui empêchent le progrès social : les multinationales, le système financier, les paradis fiscaux ; mais aussi, au niveau politique, les institutions européennes et l’Allemagne qui continuent d’imposer des politiques d’austérité qui ne fonctionnent pas. Bref, le sauvetage de l’Europe passe par l’abandon de l’essentiel du programme électoral d’Emmanuel Macron. Espérons que le président Macron sera différent du candidat Macron.

 

 

Etienne Lebeau

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre  politique vie privée.