DS du Bois de Bernihé : enfin reconnue

 

Quand on dit « Tchestu comme un Ardennais »... Le combat de Nathalie et Magali, déléguées CNE dans la maison de repos du Bois de Bernihé, a démontré leur ténacité et leur force de caractère !



Nommées déléguées en novembre 2014, Nathalie et Magali ont dû se battre durant deux ans pour pouvoir tenir leur première réunion syndicale. En cause : la direction, qui a saisi toutes les voies judiciaires pour contester leur légitimité. Une bataille juridique de longue haleine, que la démocratie syndicale a fini par remporter définitivement en novembre dernier (lire encadré).

 

 Et tout cela, sans imaginer un instant qu’un autre dossier retenait toute leur attention et celle de la permanente : la révision du règlement de travail lancée par la direction en octobre 2015. Grâce à la perspicacité des déléguées, deux conciliations avec l’inspecteur des lois sociales se sont tenues. Magali et Nathalie, accompagnées de deux collègues courageuses qui s’étaient exprimées, ont rencontré la direction pour défendre leurs collègues.

 

Une conciliation en commission paritaire a, malgré tout, été nécessaire pour régler le dernier différend relatif au contrôle médical. La direction voulait obliger le travailleur en incapacité à rester chez lui chaque jour du premier mois de l’incapacité, de 13h à 17h, pour la visite du médecin contrôle ! Au bout de 6 mois, après des dizaines de coups de fil et de nombreux mails échangés, le nouveau règlement de travail c’est :

• deux desideratas et l’horaire affiché 10 jours avant le début du mois,
• le respect du commun accord en cas de changement d’horaire,
• la planification des congés,
• la reconnaissance du temps de vestiaire comme temps de travail,
• l’accompagnement syndical le cas échéant,
• mais aussi, ne plus être obligé de revenir travailler quand la direction rappelle et supprimer le principe d’une garde non rémunérée.

 

 Notre vœu pour 2017 : la sérénité au travail, des rencontres constructives avec la direction et que chacun se sente reconnu dans son travail.

 

Claire De Pryck

 

Rétroacte du parcours des combattantes

Novembre 2014 : Nathalie et Magali sont nommées déléguées. Avec la permanente, elles vont pouvoir rencontrer la direction pour discuter horaires, congés et organisation du travail, entre autres.

Décembre 2014 : la direction remet en cause leur légitimité et cite la CNE en référé au Tribunal du Travail.

Janvier 2015 : la CNE mise sur le dialogue et convoque un bureau de conciliation… Mais l’employeur doute des intentions de la CNE et des compétences de la commission paritaire !

Mars 2015 : déboutée par le Tribunal en référé, la direction continue sur sa lancée et attaque cette fois la CNE sur le fond du dossier et la légitimité de la délégation syndicale. Pendant ce temps, sur leur temps libre, Magali et Nathalie suivent une formation à la CNE et assistent à leur premier comité avec d’autres délégués. La solidarité se met en place.

Décembre 2015
: audience au Tribunal du Travail de Neufchâteau !  En nombre, permanents et délégués viennent soutenir Nathalie et Magali représentées par Maître Remouchamps, avocate qui plaide au nom de la CNE. C’est verte d’espoir que la salle d’audience est remplie.

Janvier 2016 : victoire syndicale ! Reconnaissance de la délégation syndicale par le Tribunal. Mais ce n’est pas fini…

Février 2016 : la direction va en appel à la Cour du Travail. Sur le terrain, la direction refuse le fait syndical et exerce des pressions. Fortes du soutien de leurs collègues et de la solidarité des autres délégués, Magali et Nathalie tiennent bon !  Et elles répondent à leurs collègues qui leur posent des questions.

Eté 2016 : reprise de la maison de Repos par Vulpia, un groupe qui emploie 900 travailleurs, où la concertation sociale est en place depuis longtemps et fonctionne.

Octobre 2016 : l’ancienne direction annonce officiellement à l’audience de la Cour du Travail qu’elle renonce à l’appel !

Novembre 2016 : première réunion de la délégation syndicale !

Janvier 2017 : première assemblée du personnel pour les travailleurs !

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.