Demain ! (ça commence aujourd'hui)

 

Attentats, climat, N-VA… l’année 2015, déprimante et inquiétante, pourrait nous laisser découragés à l’entrée de 2016.  Pourtant, le pire n’est pas certain, et c’est pour cela qu’il faut que vous alliez voir « Demain » .

Que raconte ce film drôle, touchant et encourageant ? 


Deux choses :

• Face aux problèmes essentiels (alimentation, énergie, économie), de bonnes solutions existent. Bonnes pour les femmes et les hommes, pour la nature, pour la paix et le plaisir de vivre ensemble. Et ces solutions ne sont pas (seulement) dans des livres, mais sont appliquées localement un peu partout dans le monde.

• Ces solutions efficaces pour un monde plus juste, plus propre et plus solidaire, la plupart des gouvernements n’en veulent pas. Pourquoi ? Parce qu’ils se mettent au service des entreprises multinationales et de leur lobbys. « Là où les multinationales sont surdouées, explique un expert du film, c’est pour accumuler du profit. Par contre, pour produire de la nourriture, créer des emplois, utiliser les ressources, elles sont désastreuses ».

 

Et le film nous amène dans une promenade joyeuse autour du monde, où l’on découvre qu’on peut faire beaucoup mieux sans multinationales ni actionnaires, avec presque pas de pétrole et peu de voitures, en retrouvant le sens du mot « démocratie ».

 

Il reste une question que le film n’aborde pas : en attendant que nous ayons inventé ce monde libéré, comment résiste-t-on là où le profit maximum à court terme est la seule loi ? Qui peut s’opposer au pouvoir de l’argent et en limiter les dégâts ?

 

A la CNE, nous croyons que c’est le rôle d’un syndicat tourné vers l’avenir : vous défendre individuellement ; et, collectivement, proposer de bonnes solutions pour l’entreprise ou l’institution, et s’opposer aux décisions injustes.

 

Défendre l’emploi et les travailleurs, proposer des solutions pour un chemin de fer efficace et performant, c’est ce qu’ont fait depuis un an les syndicats du secteur du rail. Améliorer la SNCB, avoir plus de trains pour demain, ce serait bon pour le climat et bon pour l’emploi. Bon pour une mobilité douce, intelligente et collective. Face à eux, nos collègues de la CSC Transcom que nous saluons ici (lire page 4) ont trouvé un gouvernement entièrement aux mains de la N-VA, décidée à démanteler le rail wallon et à casser les services publics. Au service de cette N-VA, une ministre Galant dont la charité interdit de commenter l’incompétence et l’arrogance, et qui a refusé toute négociation, un an durant, poussant à bout les cheminots. Retirer à la SNCB des milliards d’euros et des milliers d’emplois, c’est la pousser à la faillite ou à la privatisation.

 

Ecologistes, étudiants, usagers, travailleurs du privé : nous voulons pour demain plus de trains et de transports en commun. 



Le combat des cheminots est notre combat.

 

Face à un gouvernement de nationalisme borné et de la haine de l’autre, au service du profit, du pétrole et des embouteillages, notre combat est de vous défendre aujourd’hui tout en préparant demain. Ce demain qui pourrait être magnifique (allez voir ce film, vraiment !) : c’est notre souhait pour 2016, et c’est notre engagement à vos côtés. Et ça commence aujourd’hui !

 

 

Felipe Van Keirsbilck
secrétaire général

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.