Shopping Docks : une bonne nouvelle ?

 

Annoncée en grandes pompes, l’ouverture du Shopping Docks à Bruxelles promet de redynamiser l’offre commerciale, avec à la clé des clients satisfaits et de nouveaux emplois. Vraiment ?

 

Un nouveau centre commercial a ouvert ses portes le 20 octobre dernier : le Shopping Docks. Promoteur, patrons et politiques se félicitent d’une telle ouverture : le Docks relancerait une dynamique économique positive sur Bruxelles. La CNE reste quant à elle extrêmement prudente sur tous ces effets d’annonce. Notre scepticisme de départ est toujours d’actualité.

 

1700 nouveaux emplois ?

En 2009, le promoteur annonçait que cette ouverture créerait 1700 emplois. Aujourd’hui on ne parle déjà plus que de 600 nouveaux emplois. Et ce dernier chiffre annoncé est encore bien trop important… si la moitié de ces nouveaux emplois est créée, ce serait déjà un exploit. 

 

En effet, la situation des commerces à Bruxelles est morose : la plupart des centres et des rues commerçantes sont en difficulté.

 

L’ouverture du Docks va donc simplement provoquer le transfert des travailleuses et travailleurs : de nombreuses enseignes ont ainsi dégraissé du personnel dans leurs magasins pour les envoyer vers les Docks. Nous en avons eu la confirmation : d’autres vont réduire ou fermer un de leurs magasins implantés ailleurs (chaussée d’Ixelles, Basilix, etc.) pour permettre d’ouvrir un point de vente au Docks. 

 

Contrairement à ce qu’annonce le promoteur, peu de nouveaux emplois vont donc être créés.

 

Danger de la compétition acharnée

Aujourd’hui, l’implantation commerciale sur Bruxelles et sa périphérie est déjà très importante. Le Docks va-t-il s’adresser à de nouveaux clients ? Il y a de forts doutes sur le sujet… D’autant plus qu’on annonce déjà la création de deux autres shoppings à l’avenir, Neo et Uplace, qui ne seront pas très éloignés du Docks.

 

Nous ne le savons que trop bien : lorsqu’il n’y a pas une gestion publique des implantations commerciales et que nous laissons le marché gérer cela librement, c’est une vision à court terme qui l’emporte, sans aucune vue d’ensemble. Nous regrettons que la Région bruxelloise et les autorités communales rentrent une fois de plus dans le jeu des entreprises et des promoteurs, sans aucune vision à long terme d’un commerce bruxellois, respectueux d’un équilibre social.

 

Il suffit pourtant d’observer ce qu’il se passe dans d’autres pays qui ont fait ce choix : soit certains shoppings sont abandonnés, les commerces font faillite, créant un drame social ; soit la compétition acharnée est payée par les travailleurs et travailleuses, au travers de leurs conditions de travail. C’est en effet ceux-ci que l’on mettra en compétition avec leurs collègues d’autres shoppings ou enseignes. Au prix de dimanches supplémentaires, d’horaires d’ouverture plus étendus (tard le soir), de diminution drastique de travailleurs en magasins pour continuer à être rentable et avec la pression d’un surcroît de travail de plus en plus important.

 

Travailleurs du Docks : solidarité

Evidemment, les travailleurs des Docks n’y sont pour rien. Il ne s’agit donc pas de les viser. Bien au contraire, pour ne pas tomber dans le piège de la division qui ne favorise que les employeurs, nous devrons créer des passerelles entre les travailleurs, peu importe leurs enseignes ou leur implantation commerciale. Les travailleurs du Docks pourront compter sur la CNE Commerce pour être à leurs côtés et défendre leurs intérêts. Nous les appelons à prendre contact avec leurs délégués dans leur entreprise.

 

 

Jalil Bourhidane

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.