CNE
Ma carrière
bab449ae-2477-46b3-8fca-27c4c5741bd6
https://www.lacsc.be/ma-carriere
true
Actualité
59ea6a04-d5cb-49bb-86bf-262457cb04b8
https://www.lacsc.be/actualite
true
Services
c7cddb17-187f-45c2-a0e2-74c299b8792b
https://www.lacsc.be/services
true
Affiliation
abbb02d8-43dd-44b5-ae75-3cd90f78f043
https://www.lacsc.be/affiliation
true
La CSC
c62ac78b-1aa2-4cb9-a33b-59e6fc085fb4
https://www.lacsc.be/la-csc
true
Contact
7f7bdd4f-c079-401e-a1bf-da73e54f00c2
https://www.lacsc.be/contactez-nous/pagecontact
false
Je m'affilie

Climat : il n'y pas de jobs sur une planète morte

 

Depuis des années, les conférences se succèdent en vue d’aboutir à un accord sur le climat entre pays riches et pays pauvres. Sans engagements conséquents jusqu’à présent. La CSC mobilise pour que la transition juste soit prise en compte dans l’accord de Paris en décembre, à l’occasion de la COP21.

 

Si les émissions des gaz à effet de serre continuent de croître, la Terre se réchauffera de plus de 4°C. Les économistes ont démontré que les dommages financiers seront considérables. Dans le monde, l’adhésion aux mesures de lutte contre le réchauffement climatique est donc très large. Selon une enquête de la Confédération Syndicale Internationale (CSI), 73% des répondants souhaitent que leurs chefs d’État prennent davantage d’initiatives pour le climat. En outre, 2015 est une année cruciale : les négociations qui se tiendront à Paris en novembre-décembre doivent déboucher sur un nouvel accord pour le climat. Si, tous ensemble, nous faisons pression sur les chefs de gouvernement, il est possible qu’un accord soit dégagé afin de maintenir le réchauffement de la Terre sous la barre des 2°C.

 

Transition vers une économie bas carbone

Les secteurs industriels actuels – énergie, construction, transport, industrie manufacturière, agriculture, services, etc. – subsisteront à l’avenir, mais des changements profonds interviendront pour limiter l’utilisation des sources d’énergie fossile. Sans une approche planifiée et étayée, nous risquons d’être confrontés à des licenciements aveugles, au démantèlement des droits, à une dépréciation de la qualité du travail, etc. Pour éviter ce scénario, la politique climatique doit également devenir une matière syndicale. Nous savons en outre que la transition bas carbone créera des emplois. Dans le cadre de la campagne jobs4climate de la Coalition climat, nous avons démontré qu’investir dans l’énergie renouvelable, la mobilité durable, les constructions à haute performance énergétique, etc. permettrait de créer au moins 60.000 emplois supplémentaires.

 

Pas de politique climatique sans transition juste

La transition industrielle vers une économie bas carbone doit s’accompagner de mesures misant sur une transition juste. Ces mesures sont nécessaires pour protéger les travailleurs du monde entier contre l’impact du changement climatique et veiller à ce qu’ils accèdent à des emplois décents, à une protection sociale, à une pension dans le cadre de la transition vers une économie au bilan carbone neutre. Depuis la conférence sur le climat de Cancun en 2010, le rôle des travailleurs est reconnu dans les négociations. Il faut à présent établir ce principe formellement en faisant référence à la transition juste dans l’accord de Paris sur le climat.

 

Mauvais bulletin climatique pour notre pays

Nous avons posé deux questions à nos ministres : Notre pays veillera-t-il à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de maintenir le réchauffement de la Terre sous la barre des 2°C? Notre pays dispose-t-il d’un plan énergétique qui assure la transition vers une économie bas carbone créatrice d’emplois? Les réponses à ces questions étaient vagues. Les ministres ont renvoyé aux objectifs de réduction des émissions qui ont été fixés au niveau européen. Or, notre pays est l’un des pires élèves de la classe dans la réalisation de ces objectifs.

 

La CSC estime que les plans des gouvernements belges manquent d’ambition. Aucun gouvernement belge ne dispose d’un plan cohérent qui maintiendrait le réchauffement sous contrôle et créerait des emplois pour tous.

 

Enfin, il y a encore la question embarrassante de la répartition des objectifs climatiques belges pour 2020 entre les différentes Régions et le niveau politique fédéral. Depuis 2009 (!), les ministres ne parviennent pas à fixer le pourcentage de réduction des émissions pour chaque Région, la quantité d’énergie renouvelable à produire et les montants à affecter à chaque Région lorsqu’elle vend des droits d’émission. Une triste histoire qui témoigne du manque de volonté politique des décideurs belges de s’attaquer à la problématique climatique.

 


D’après l’article de Bert De Wel

La CSC utilise des cookies pour faire fonctionner ses sites web, offrir des informations personnalisées et optimaliser l'expérience utilisateur. En cliquant sur 'Accepter tous les cookies', vous autorisez le placement de cookies d'analyse et de marketing qui pourront aussi être utilisés par nos partenaires. Vous pouvez également gérer vos préférences via le bouton "Gérer vos préférences". Pour en savoir plus, consultez notre politique de cookies et notre politique vie privée.