Le Congrès CNE

QUELLE CNE EN 2030 ?

MOBILISER LES IMAGINATIONS ET LES ÉNERGIES


Lors des congrès de 2009 et 2010, la CNE s’est dotée d’un projet social complet et cohérent. En 2015, elle s’outille d’un répertoire d’actions et d’une stratégie globale pour assumer son rôle de contre-pouvoir.
Face aux enjeux qui doivent être pris en compte pour penser la CNE dans 10 ans, le congrès 2019 de la CNE a mis ce défi en débat pour obtenir une réponse précise, partagée et débattue largement sur ce que doit faire la CNE pour anticiper les mutations à venir.


Une démarche participative


En 2018, plusieurs apéro-débats ont eu lieu dans les différentes régions de Belgique. Leur but ? Permettre aux militants, affiliés et membres du personnel de la Centrale d’exprimer leur avis sur des thématiques liées au syndicat. Publics, ressources, services individuels, action collective, etc. sont autant de sujets abordés pendant ces soirées. Sur base d’une méthode participative, chacun a pu émettre des idées et hypothèses sur ces thèmes. Toutes ces hypothèses ont servi de base à 6 groupes de travail se composant à nouveau des militants, des affiliés et des membres du personnel, toutes régions et tous secteurs confondus. Ils se sont réunis à plusieurs reprises afin d’écrire la base des futures lignes du force du texte de congrès. Evidemment, les instances de la Centrale ont suivi tout ce processus qui a abouti finalement à la présentation d’un texte provisoire de congrès débattu par les militants de la Centrale.

Les 9 et 10 mai 2019, les centaines de militants congressistes ont participé à des échanges, parfois vifs, sur les différents chapitres. Que ce soit en section ou en région, tous ont eu l’occasion de se positionner, de défendre ou d’amender des lignes de forces. Les débats se sont alternés, entre-coupés par des séances de plénière où le texte était présenté et  finalement voté.

Le texte de congrès trace un horizon que la CNE se fixe collectivement pour l’avenir. Il appartient ensuite aux organes, instances et responsables désignés par les textes légaux et les règles d’organisation internes de mettre en œuvre les actions permettant d’atteindre cet horizon. Ceci dans le respect des règles et procédures qui s’imposent à eux et auquel le nouveau texte de congrès ne se substitue pas.


Un texte de congrès, 4 grands chapitres

Le texte se divise en 4 grands chapitres : nos publics, nos services individuels aux membres, notre action pour l’intérêt collectif et nos ressources.

Le premier chapitre se concentre sur les publics de notre Centrale. Tout en gardant une attention particulière sur notre public actuel, ce chapitre aborde différents groupes cibles nécessitant une approche de la Centrale. Parmi eux se trouvent par exemple les jeunes, les travailleurs sous contrat précaire et les pensionnés.

Le deuxième chapitre aborde les services individuels aux membres. Concrètement, il propose entre autres des alternatives pour mieux informer et orienter les affiliés qui s’adressent à nos services, améliorer ceux-ci et apporter une défense juridique maximale à nos affiliés en impliquant également ces services individuels dans une démarche collective.

Le collectif est justement au cœur du troisième chapitre qui propose notamment de revoir le champ d’action syndical en entreprise et mener des expériences-pilotes évaluées. Il y est aussi question de responsabiliser les militants par rapport à leur formation et de renforcer l’expertise sur les mutations du travail.
Finalement, le quatrième chapitre se concentre sur les ressources de la Centrale. Différentes thématiques y sont d’ailleurs abordées : la gestion financière, l’affiliation, les ressources de travail, etc.

Ce texte renferme une soixantaine de pages proposant des lignes de force approuvées par le Congrès 2019 de la CNE et accompagnant deux résolutions : l’une d’activité et l’autre d’actualité.

Retrouvez ici le texte complet du Congrès.

 

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.