Le projet de contrat de gestion de l'ONE enterre la réforme des milieux d'accueil de l'enfance 1ière lecture du projet Linard en gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles ce jeudi.

En début de législature, la déclaration de politique communautaire prônait l’amélioration de l’accessibilité pour tous et le développement des milieux d’accueil collectifs par l’accroissement de la qualité d’accueil et l’augmentation des normes d’encadrement. Il s’agissait notamment de mettre en œuvre l’ambitieuse réforme votée par la précédente majorité après des années de concertation avec le secteur.

Après avoir suspendu cette réforme pendant plus d’un an, la Ministre semble avoir élaboré unilatéralement ce projet de contrat de gestion de l’ONE ainsi que le budget réservé pour ses missions. Elle soumet son projet en 1ère lecture ce jeudi 25 à l’approbation du Gouvernement, sans aucune concertation  avec le secteur.

Selon nos informations, les budgets prévus pour la politique d’accueil de l’enfant seraient largement revus à la baisse. Ils ne permettraient plus de répondre à l’évolution du travail de terrain et à l’amélioration de la qualité de l’accueil, à travers l’augmentation des normes d’encadrement prévue par la Réforme. Les moyens préservés seraient affectés au financement du poste de direction et de travailleurs médico-sociaux, s’ils remettent un projet relatif à l’accroissement de l’accessibilité de leur structure. Sans garantie de récurrence ? 

La généralisation du passage au statut de salariées des accueillantes à domicile actuelles, promise pour 2025 au plus tard, serait réduite à 30 contrats salariés. Sachant qu’environ 1.600 personnes attendent, il faudrait 53 ans pour que toutes les accueillantes désireuses de changer de statut aient satisfaction. Où est le respect de ces travailleuses qui accueillent les enfants minimum 10H/jour et 5 jours /semaine avec pour seul salaire, un défraiement en fonction de la présence effective des bambins et aucun droit au chômage en cas, par exemple de pandémie ! C’est tout bonnement scandaleux !

Si on y trouve une déclaration d’intention sur l’ouverture de plusieurs milliers de places d’accueil, aucune garantie de financement ne semble être donnée. 

Par contre, la Ministre prévoirait d’attribuer 1,5 millions d’euros pour stimuler l’éveil culturel dans les crèches et, avec le soutien du plan de relance européen, 20 millions pour le développement d’éco crèches et 30 millions pour l’informatisation du secteur. 

La Réforme de l’Accueil Temps Libre pourtant annoncée comme prioritaire par la Ministre ne pourrait bénéficier que de 5 millions jusqu’en 2024 pour des projets-pilotes. 

Manifestement, les promesses de la Ministre en début de législature et la suspension de certaines mesures de la Réforme « pour se donner le temps de co-construire une amélioration de la Réforme » auront eu raison de cette dernière. Non contente d’anéantir cette réforme prônant l’accessibilité à tous et la qualité de l’accueil, la Ministre ouvrirait, par l’adoption d’un tel projet, une entrée royale aux structures commerciales d’accueil de l’enfant. Désormais, les nantis pourraient inscrire leurs enfants dans des crèches commerciales et les plus démunis devraient se satisfaire, pour leurs enfants,  de structures d’accueil sous-financées où l’encadrement sera insuffisant, avec des conditions de travail détériorées.. 

Le secteur de l’Enfance était au bord du gouffre. Avec un tel projet, nul doute qu’il y basculera. Des actions sont à prévoir.

Personalization