Bert Kruismans - Celui qui était le plus malin…

Toon Aerts


Il est l’homme le plus intelligent de l’univers, certes, mais il est surtout connu en Wallonie pour ses « Cafés serrés » matinaux à la RTBF. Son accent est magique, mais passe mal à l’écrit… 

 

Oui », nous dit-il, l’œil pétillant, « je suis l’homme le plus intelligent de l’univers. » Souvenez-vous, en 2011, un certain Bart De Wever participe à ce jeu télévisé, « De Slimste Mens ter Wereld », sur la VRT, qui fera sa réputation. Ce que l’on sait moins c’est que c’est Bert Kruismans qui a gagné ! « Je n'ai jamais joué avec ou contre Bart De Wever. Souvenez-vous, en 2011, on essayait aussi de former un gouvernement et il y avait beaucoup de discussions pour savoir si c’était bien sa place. Il a donc arrêté. Plus tard, il m'a dit qu’il ne pensait pas qu’il aurait pu gagner contre moi. Et je lui ai dit que, pour une fois, j'étais d'accord avec lui. »

 
Ils sont rares, les humoristes néerlandophones connus de ce côté de la frontière de betteraves, comme il dit… " Quand j’ai joué pour la première fois à Rochefort, au festival de l’humour, on m’a dit que je prenais vraiment bien l’accent flamand. Ça fait 30 ans que j’allais boire ma Trappiste là-bas et faire quelques balades. Je jouais 150 fois par an, mais toujours en Flandre. Je ne connaissais rien de villes comme Charleroi. Enfin, beaucoup de francophones ne vont pas non plus à Charleroi, " glisse-t-il dans un rire, " mais je trouvais ça bizarre. Alors, j’ai décidé de le faire, sinon, je ne comprendrais jamais la Belgique. " 
 
" J’ai toujours écrit mes spectacles directement en français, parce qu’alors c’est écrit dans mon français à moi. Les francophones ont un grand respect des langues ", remarque-t-il, " les Flamands, eux, n'ont jamais fait ça. Parce qu'officiellement notre langue c'est le néerlandais, mais on ne l’utilise que si c’est vraiment nécessaire. Parler le patois ne veut rien dire de notre personne alors que, côté francophone, c'est différent. Mais les gens ne rient pas tous de la même chose " note-t-il, " les francophones ont un humour plus gentil, les Flamands sont plus crus ".  
 
Les Flamands ne sont pas arrogants, dit-il dans son spectacle, ils sont riches ! " C’est vrai, mais ils ont oublié la pauvreté, leur richesse les a changés. Parfois, je parle de ça dans mes spectacles mais il faut faire attention, les gens viennent d’abord pour s’amuser. On peut essayer de placer des réflexions, des questions par ci, par là, mais il ne faut pas exagérer sinon ils ne viennent plus ".  
 
" Je n’ai plus rien fait depuis le 10 mars " enchaîne-t-il, " c’était d’ailleurs avec Maggy De Block, mais après, elle a eu d’autres choses à faire. Le plus dur, c’est l’incertitude dans laquelle nous sommes plongés. Moi j'ai un statut d’indépendant mais dans notre milieu, il y a des techniciens, des régisseurs et d’autres métiers, et nous avons besoin d’un peu nous unifier pour être écoutés par le gouvernement. Ça fait 80.000 personnes dans notre secteur mais chez nous, en Flandre, notre ministre de la culture est aussi notre premier ministre, Jan Jambon, et apparemment il a autre chose à faire que s'occuper des artistes. " 
 
" Je joue parfois pour des syndicalistes et j'aime bien ça, parce que les syndicats sont encore bilingues. Et d’ailleurs, je pense que c’est nécessaire. Il y a beaucoup de différences de sensibilité et d’intérêts entre les ouvriers en Flandre et en Wallonie mais c'est nécessaire de rester uni. J'aimerais beaucoup que les syndicats travaillent plus au niveau européen. C'est encore plus compliqué, je sais, mais je pense qu'on a vraiment besoin de ça. Pour les spectacles comme pour les actions syndicales, il y a toujours des gens qui sont là depuis très longtemps et qui ne veulent pas que les choses changent. Et puis il y a les jeunes, pour qui il faut peut-être penser différemment. Il faudrait essayer de faire des trucs pour et avec tout le monde. " 
 
Propos recueillis par Linda Léonard 

 

Absurditeiten, son nouveau spectacle, avec Jan De Smet et Karel Meersman. https://www.garifuna.be/productie/absurditeiten


Personalization