«Notre travail est important»

Pepita, technicienne d’entretien : «Notre travail est important »

Pepita, technicienne d’entretien, en première ligne pour lutter contre la contagion, explique les mesures et procédures strictes qui sont d’application. Pepita travaille depuis 32 ans comme technicienne d’entretien pour la société Atalian à Anderlecht. Comme des milliers de travailleuses du nettoyage, elle intervient donc aussi en première ligne pour faire face au coronavirus. [Entretien réalisé avant le confinement]

Le coronavirus modifie-t-il votre manière de travailler?

«Au siège d’Engie, où je nettoie actuellement, les fréquences de nettoyage ont augmenté et les produits avec lesquels nous travaillons ont changé. Il y a de nouvelles procédures que nous devons suivre à la lettre. On travaille désormais systématiquement avec des produits désinfectants et des gants et des lingettes à usage unique».

Il y a des attentions particulières portées à certains objets?

«Nous faisons attention à tous les supports susceptibles de participer à la diffusion du virus: poignées de porte, téléphones…. Je n’ai pas le souvenir que nous ayons mis tant de mesures en œuvre lors de crise du H1N1. Certains employés nous font également des demandes spécifiques concernant certains objets comme le tourniquet, les écrans tactiles de la machine à café, des photocopieuses ou de l’ascenseur». 

Vous sentez-vous en sécurité dans votre travail?

«Nous avons suffisamment de gants à usage unique et des consignes en matière de sécurité très précises, entre autres en provenance de la CSC qui envoie énormément d’informations en la matière. Mais même si tout est mis en œuvre pour éviter l’infection, on n’est jamais à l’abri de l’attraper. Néanmoins, l’attention portée à la désinfection, dans la cafétaria par exemple, est rassurante. Je sais que la table est propre et je me sens aussi bien en sécurité sur le lieu où je travaille que chez moi».

Les mesures prises par le gouvernement fédéral vont-elles vous impacter?

«De nombreux travailleurs du secteur risquent de se retrouver au chômage économique, faute de pouvoir aller nettoyer les écoles. Cela risque d’être une perte importante. Il va falloir trouver des compensations».

Avez-vous conscience du rôle important que vous jouez dans le combat contre la propagation du virus?

«On est conscients que notre travail est important. Le fait que les gens sont beaucoup plus contents de me voir arriver dans leur bureau avec le désinfectant fait quand même extrêmement plaisir et valorise notre travail».

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.