Secteur du tabac

Le coronavirus: impact dans l’industrie du tabac

Le gouvernement a pris des mesures exceptionnelles pour ralentir la propagation du coronavirus. Une partie de la vie économique est à l’arrêt. Dans certains secteurs, tels que l’horeca, le gouvernement impose même la fermeture. De nombreuses entreprises introduisent le chômage temporaire.

• À quoi dois-je faire attention si je continue à travailler ?  Quelles sont les mesures de sécurité et santé à appliquer ?
• Quid si vous êtes un peu plus âgé ou si vous souffrez d’une maladie qui fait qu’une contamination risque d’être mortelle ?
• Quid si votre employeur demande le chômage temporaire ?
• N’existe-t-il pas de supplément sectoriel en cas de chômage temporaire ?


À quoi dois-je faire attention si je continue à travailler ?  Quelles sont les mesures de sécurité et santé à appliquer ?

Sur le lieu de travail

Le fait que l’on continue à travailler ne signifie pas que l’on doit prendre la sécurité et la santé des travailleurs à la légère. Votre employeur est obligé de vous assurer un lieu de travail sûr et sain. Avec le médecin du travail, votre employeur doit identifier les risques du coronavirus sur votre lieu de travail et prendre les mesures de prévention nécessaires. Fournir du savon ou des désinfectants pour les mains est un minimum absolu. 

Il va de soi que les mesures de prévention imposées par le gouvernement doivent être respectées. Il s’agit plus spécifiquement du maintien de la distance d’1.5 mètre entre chaque personne autant que possible. Cette distance minimale s’applique également aux transports collectifs !

En général
Les directives de base pour éviter la contamination sont les directives diffusées par le gouvernement via les médias. Vous les trouverez également sur le site www.info-coronavirus.be :
- Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche ;
- Utilisez toujours des mouchoirs en papier pour éternuer et jetez-les immédiatement après. Si vous n’avez pas de mouchoir, toussez ou éternuez dans le pli du coude ;
- Évitez de vous donner ou serrer la main, de vous faire la bise ou de vous serrer dans les bras;
- Lavez-vous régulièrement les mains;
- Évitez les endroits très fréquentés ;
- Restez à la maison si vous êtes malade, ne prenez pas de risques;
- Appelez d’abord votre médecin si vous avez des difficultés respiratoires, éternuements et fièvre.

Quid si vous êtes un peu plus âgé ou si vous souffrez d’une maladie qui fait qu’une contamination risque d’être mortelle?

Tant que vous êtes capable de travailler, vous êtes en principe obligé d’exécuter votre travail comme prévu dans le contrat de travail. Si vous êtes inquiet, discutez-en avec votre employeur ou avec quelqu’un du Comité pour la Prévention et la Protection au travail. Vous pouvez également demander une consultation spontanée chez le médecin du travail. Dans ce cas, il est important de lui communiquer quels sont selon vous les facteurs de risque. À part votre âge, dites-lui aussi si vous êtes un patient diabétique, que vous souffrez d’une maladie cardiovasculaire, que vous êtes un patient asthmatique, que vous êtes un insuffisant rénal, que vous êtes enceinte,… etc

Quid si votre employeur demande le chômage temporaire?

Si votre employeur vous met temporairement au chômage, lisez attentivement ce qui suit et respectez les directives :
• Le chômage temporaire invoqué à la suite du coronavirus sera toujours considéré comme du chômage temporaire force majeure. 
• Que vous êtes ouvrier ou employé, vous recevrez une allocation qui correspond à 70% de votre salaire (au lieu de 65%). En plus, il est prévu un complément de 5,63 EUR par allocation journalière. Sur ces deux montants est effectué un prélèvement de 26,75% pour le précompte professionnel.
• Du 1er mars au 30 juin 2020, votre employeur ne doit pas vous remettre un formulaire de contrôle C3.2A et vous ne devez plus le compléter ou l’avoir sur vous.
• La période de chômage temporaire à cause du coronavirus n’aura pas de conséquences pour vos vacances annuelles et votre pécule de vacances. Le nombre de jours de vacances et le pécule de vacances en 2021 ne seront donc pas réduits à cause de cette période de chômage temporaire.
• Il n’y a plus de condition d’emploi pour pouvoir bénéficier d’une allocation de chômage temporaire. Chaque travailleur concerné y a droit, quelle que soit la période qu’il est déjà au travail !

Vu le grand nombre de demandes que la CSC reçoit, une méthode simplifiée et accélérée a été mise en place. Nous mettons tout en œuvre pour traiter les dossier le plus rapidement possible et nous vous remercions pour votre patience. 
Cliquez ici pour demander votre allocation de chômage temporaire

Si vous n’êtes pas affilié, complétez ici le formulaire d'inscription.

Vous trouverez toutes les informations sur : http://www.lacsc.be/coronavirus 

N’existe-t-il pas de supplément sectoriel en cas de chômage temporaire ?
Aussi bien dans le secteur des cigares que dans celui du tabac à fumer, à mâcher et à priser, il existe un supplément sectoriel en cas de chômage temporaire
• Cigares et cigarillos:  17,6515 EUR par jour, à payer par l’employeur
• Tabac à fumer, à mâcher et à priser: 15,8510 EUR par jour, à payer par l’employeur
À l’heure actuelle, il n’est pas clair s’il est possible de cumuler le supplément de l’ONEm avec le supplément sectoriel.

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.