Interview : Valérie, cheffe de chantier dans le nettoyage

©Shutterstock

Valérie est cheffe de chantier dans le nettoyage depuis 10 ans. Elle travaille sur le site d'une université. Comme 70 à 80% des travailleurs du secteur, elle a continué à travailler pendant la période de confinement.

"Nous travaillons en effectifs réduits pour la désinfection et le nettoyage des locaux actuellement occupés (gardiennage, permanences, etc.), le reste du personnel étant toujours en télétravail. Cela représente une équipe de 20 ouvriers sur 50."

Côté matériel et mesures de sécurité, Valérie a la chance de travailler sur un grand chantier de nettoyage et elle est donc relativement bien équipée. "Notre employeur nous fournit des masques, du gel hydroalcoolique et des gants jetables. Il a également envoyé une fiche informative par courrier avec les consignes de sécurité et d'hygiène." La situation est beaucoup moins rose sur les petits chantiers de nettoyage : de nombreux travailleurs n'ont pas reçu le matériel de protection adéquat et, bien souvent, aucune politique de prévention n'a été mise sur pied.

Avec le début du déconfinement, le personnel de nettoyage doit commencer à effectuer de nouvelles tâches ou à en faire certaines de manière plus approfondie. « Nous devons désinfecter tous les points de contact comme les clenches, par exemple, mais également les nouveaux plexiglas qui viennent d’être installés à l'accueil et dans les bibliothèques.  Les sanitaires doivent être nettoyés plus à fond que d’habitude ainsi que tous les meubles. », explique Valérie.

Mais le plus difficile à vivre pour les travailleurs du nettoyage, ce n’est pas tellement la charge de travail, c’est surtout de tenir bon dans la durée. « L'ambiance générale est lourde, nous nous sentons très seuls. De plus, il faut toujours veiller à respecter les consignes de sécurité. A la longue, ça devient pesant », admet Valérie.

Valérie estime que ses ouvriers et ouvrières auraient bien eu besoin d’un encouragement. « Les membres de mon équipe n’ont pas reçu de courrier de soutien de la part de l’employeur. Je trouve que c’est dommage. », conclut Valérie.

 

Le 19 juin prochain aura lieu la Journée du Nettoyage. Vers la mi-mai, la CSC Alimentation et Services enverra une carte postale (par courrier ou par e-mail) à ses affilié·e·s exerçant un métier du nettoyage afin de les remercier pour leur travail ! Plus d’infos sur la Journée du nettoyage : https://www.facebook.com/CSCjourneedunettoyage

Personalization