Une assurance chômage forte, c'est dans l'intérêt des travailleurs et travailleuses!

Plus la file de sans-emploi est longue aux portes de l'entreprise, plus la pression est forte sur les travailleurs et travailleuses...

Le covid a déclenché une crise sanitaire mondiale inédite qui est très vite devenue financière, économique, sociale, humanitaire, démocratique… Les conséquences sont loin d’avoir montré toute leur ampleur mais s’il y a bien une chose sur laquelle il n’y aucun doute, c’est que la crise actuelle a clairement accentué les inégalités en aggravant les vulnérabilités déjà existantes.

Les plus fragiles en première ligne

Face au covid, les plus fragiles, que les gouvernements prétendaient protéger en priorité, ont été mis en première ligne du front de la lutte contre la pandémie : les plus pauvres en général et parmi eux, en particulier, les personnes isolées, les jeunes, les personnes âgées, les personnes handicapées, les femmes…

Si les gouvernements se sont montrés pragmatiques en prenant plusieurs mesures visant à éviter ou à amenuiser la crise; derrière des mesures neutres et égalitaires, en apparence, une flagrante discrimination sociale saute aux yeux;  ainsi, par exemple, les aides pour les factures d’eau et d’électricité ne sont pas accessibles aux Demandeurs d’Emploi.

Trouver des solutions adéquates pour les plus précarisés

Ce sont ces publics précarisés qui ont une santé plus fragile, qui ont subi une importante perte de revenus quand ils et elles ont été mis au chômage temporaire, qui travaillent dans les secteurs dits essentiels au risque d’être contaminés, qui habitent des logements exigus quand ils ne sont pas insalubres, qui par manque de réseau et d’information ont plus difficilement recours à leurs droits, qui ont eu du mal à suivre la scolarité à distance, qui se sont fait contrôler par la police alors que les règles du confinement n’étaient ni claires ni adaptées à tous les profils. Parce que, une fois de plus, les personnes concernées n’ont pas été consultées alors qu’elles sont les mieux placées pour dire comment trouver les solutions adéquates.

Les classes moyennes aussi touchées

Soyons constructifs: le bureau du plan prévoit une importante diminution du bien-être en Belgique. Nous savons que les personnes les plus vulnérables seront les plus touchées mais les classes moyennes plus privilégiées n’en sortiront pas indemnes. Faisons en sorte que les mesures puissent bénéficier à celles et ceux qui en ont besoin, tant pour éviter de plonger dans la précarité pour les uns que de s’y enfoncer encore plus pour les autres.

Une réponse syndicale pour maintenir les gens debout

Au chômage de longue durée existant viendra s’ajouter le chômage de ceux et celles dont les contrats à durée déterminée n’ont pas été prolongés et de ceux et celles qui ont subi ou vont subir un licenciement pour cause de restructuration ou de faillites. La dégradation des conditions de travail, les restructurations et autres licenciements tombent déjà et vont encore frapper de plein fouet.
C’est dans ce cadre que l’action des TSE a décidé de reprendre la campagne « Au Suivant » parce qu’elle est une réponse syndicale parfaite pour maintenir les gens debout et les renforcer dans cette phase critique que nous traversons ainsi que pour soutenir une solidarité avec les personnes qui risquent de perdre leur emploi.   

L’emploi n’est pas une fin en soi mais, avant tout, un des moyens de l’émancipation sociale.  Une démocratie pleine et entière se doit de garantir les droits fondamentaux en les rendant accessibles pour toutes et tous car ceux-ci ont trop tendance à se dissoudre dans la pauvreté.

Gageons que la crise du covid sera une opportunité pour mettre fin au libéralisme sauvage et accroître la solidarité, l’égalité, la proximité, le respect de la nature… 

Outils de campagne

Téléchargez nos affiches et flyers:

Personalization

Votre navigateur web n'est pas supporté par le site de la CSC. Cliquez-ici pour installer une version plus récente.