La CSC demande une position claire de la Belgique concernant la Palestine

Bernard De Vos Dumont via Simon Moutquin

La CSC appelle la ministre des Affaires étrangères, Sophie Wilmès, à prendre une position officielle condamnant fermement l’usage systématique, injustifié et disproportionné de la force contre les manifestants palestiniens dans la zone occupée de Jérusalem-Est, ainsi que le projet d’expulsion par la force de familles palestiniennes à Sheikh Jarrah. Elle exige l’application en bonne et due forme du droit international par Israel.

La CSC regrette vivement et condamne fermement le projet d’expulsion de familles palestiniennes à Sheikh Jarrah, quartier occupé de Jérusalem. Ce projet d’expulsion constituerait une violation des obligations d’Israël en regard du droit international et pourrait, selon les Nations unies, être considéré comme un crime de guerre en vertu de la quatrième convention de Genève.

Au moins 218 familles palestiniennes de Jérusalem-Est, notamment dans les quartiers de Silwan et Sheikh Jarrah, font l’objet de procédures d’expulsion, majoritairement lancées par des organisations de colons, faisant courir le risque à 970 personnes (dont 424 enfants) d’être déplacées. Ces familles vivent à Sheikh Jarrah depuis 1956, après être devenues réfugiées en 1948.

Les expulsions forcées sont le reflet de la volonté systématique des autorités israéliennes de procéder à un nettoyage ethnique à Jérusalem-Est afin d’agir sur la démographie de la ville. Le mois dernier, d’autres familles ont été déplacées par la force dans le quartier de Silwan.

Par ailleurs, nous condamnons le recours excessif à la violence par les forces de sécurité israéliennes contre les Palestiniens qui manifestent contre les expulsions à Jérusalem, ainsi que les frappes aériennes israéliennes dans la bande de Gaza, qui auraient fait plus de 200 morts parmi la population palestinienne, en représailles aux tirs de roquettes lancés depuis Gaza. Nous condamnons tout autant la prise d’assaut des esplanades de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem et les violences dont ont été victimes les fidèles. 

Par ailleurs, les forces d’occupation israéliennes continuent de harceler arbitrairement les dirigeants syndicaux palestiniens. Le 8 mai dernier, Dr Ashraf Al-A’war, secrétaire du PGTFU, a été arrêté par les forces de sécurité israéliennes, alors qu’il rejoignait le siège de son syndicat. Selon nos informations, il a été soumis à un interrogatoire concernant ses activités syndicales. Libéré sous caution, il lui est désormais interdit de participer à toute activité syndicale ou politique durant un mois.

Personalization