Vous méritez plus que 0,4% !

© Shutterstock

Tous les deux ans, les interlocuteurs sociaux sont amenés à négocier un accord interprofessionnel qui définit le cadre des augmentations salariales pour les travailleuses et travailleurs du secteur privé. Une marge salariale disponible est fixée par le secrétariat du Conseil central de l’économie (CCE). Nous avons déjà dénoncé à de nombreuses reprises la méthode de calcul de cette marge salariale -qui a été durcie en 2017- et son logiciel truqué.

Pour 2021 et 2022, la marge disponible est de 0,4%, ce qui représenterait une augmentation salariale proche de zéro. C’est inacceptable pour les travailleuses et travailleurs de notre pays. Nous sommes conscients que la situation économique et sociale est inédite mais dans de nombreux secteurs, des travailleuses et travailleurs sont restés au poste, parfois au péril de leur santé. Nous entendons simplement qu’ils puissent vivre dignement et que celles et ceux qui ont perdu leur emploi ou qui craignent pour celui-ci puissent avoir des perspectives.

Par ailleurs, une augmentation de revenus substantielle à travers la revalorisation des salaires bruts bénéficiera directement à l’économie et au financement de la sécurité sociale, grâce aux cotisations versées par les employeurs et les travailleurs.

Au-delà des augmentations salariales, la CSC veut mettre d’autres thématiques à l’agenda de la concertation sociale comme la gestion des fins de carrière, la qualité de l’emploi et la mobilité en vue d’améliorer les conditions de travail de chacune et de chacun d’entre vous.

Personalization